Crédits photos

Signez la pétition pour la sauvegarde du Mont Joly

JPEG - 100.3 ko
Le Mont Joly, nouvelle victime du "ski marketing" ?

Les stations des Contamines Montjoie et de Saint Gervais, envisagent la création d’un télésiège de liaison entre ces deux stations via la crète du Mont Joly. En plus de cette remontée mécanique, des « cheminements skieurs » sont prévus de chaque côté de ces stations.

Les objectifs de cette installation présentés en séance publique par le Maire de Saint-Gervais sont :
- une nouvelle synergie pour les deux domaines skiables,
- un objectif économique et fonctionnel,
- l’objectif d’une liaison qualitative et raisonnable.

C’est un projet qui ressort des cartons depuis les années 80. Mountain Wilderness suit cette affaire depuis déjà quelque temps (lire ici et ).
Dès le début un collectif de Sauvegarde du Mont Joly s’est créé. Il regroupe des particuliers et des associations. Le CAF de Chedde-Passy est adhérent.

Ce collectif s’oppose à ce projet pour différentes raisons :
Environnemental : du point du vue de l’impact sur le paysage, ce télésiège sera une véritable verrue sur le Mont Joly. De plus au niveau faune et flore, les terrassements prévus (51 600 m3) menacent de faire disparaître des espèces protegées (fétuque jolie) et éloignés du secteur de nombreuses espèces (ongulés et lagopèdes).
Sécuritaire : la mise en route de ce télésiège va permettre l’accès à des secteurs et des couloirs propices aux avalanches. A moins bien sûr d’équiper toutes les faces du Mont Joly de Gazex...
Economique : en prenant en référence le téléski du Veleray, situé dans le même secteur, ce télésiège ne fonctionnera que 60 à 70 jours par saison. Les crètes du Mont Joly sont soumises à des vents parfois violents, qui soufflent la neige et empechent le fonctionnement des remontées mécaniques.
Enfin, il s’agit du dernier espace vierge dans le secteur, pour les amoureux de la montagne et la pratique du ski de randonnée.
L’autorité environnementale vient de rendre son avis, très critique, sur le dossier présenté par les communes. Un exemple : l’Autorité environnementale considère que "Si d’un point de vue formel, l’étude d’impact comprend les six chapitres exigés par le code de l’environnement, son contenu se présente néanmoins comme non proportionné aux enjeux environnementaux majeurs soulevés par le projet de liaison des domaines skiables."
> Téléchargez l’avis de l’Autorité environnementale

> Signez la pétition et faites-la circuler