Crédits photos

Crédits photo

Post-doctorat : Transition récréative et écologie corporelle

3 oct. 2017

JPEG - 165.7 ko

Recrutement d’un(e) postdoctorant(e) sur un an
Transition récréative et écologie corporelle, une transition en mouvement ?

LA MONTAGNE RÉCRÉATIVE EST-ELLE ENGAGÉE SUR UNE TRAJECTOIRE DE TRANSITION ?

Depuis de nombreuses années, on observerait la présence de pratiques de transition en montagne, aussi bien de la part des acteurs touristiques, des institutions, des touristes que des habitants.
Mais au-delà des intentions et des actions sporadiques des uns et des autres, peut-on confirmer l’existence d’un mouvement significatif qui engage la montagne sur la voie
des pratiques responsables, éco-récréatives et durables ?

Le post-doctorant disposera d’une année de recherche pour observer le niveau de développement de la transition récréative et les effets sur les pratiques de la montagne
(aménagements créés, prestations existantes, type de mobilité, usages du temps libre, pratiques culturelles référentes, formes de gestion,...). Les manières de pratiquer le
ski, l’alpinisme ou la randonnée ont-elles changées ? Une autre relation à la montagne est-elle en mouvement ?

Cadre global
Ce projet de recherche a pour objet de rendre compte de la présence significative ou pas d’une transition récréative qui engage une redé6inition des rapports à la nature, à soi et aux autres. Une nouvelle écologie corporelle est-elle en gestation ? Bien des travaux, qui ont été menés, évoquent l’émergence de slow tourisme, d’éco-tourisme, de tourisme alternatif ou d’une volonté de s’engager dans des pratiques de migrations d’agrément ? Certaines institutions telles que Mountain Wilderness ou la Coordination montagne ont lancé des mouvements et des actions autour de la responsabilité citoyenne (Changer d’approche, Fête de la montagne,…) ?
Des éco-normes ont vu le jour (label écologiques, iso 9001 ou 14001,…) ? Que pouvons-nous retenir de tout cela ? Peut-on véritablement parler d’un phénomène
signi6icatif qui annonce une transition récréative ? Il s’agira d’observer les pratiques des acteurs de la montagne (stations, collectivités territoriales, prestataires, clubs,...) mais aussi des publics (locaux, touristes). Tout l’enjeu de ce projet de recherche consiste à faire le point sur ce sujet en évaluant la factualité et la présence sociale de cette transition.

Missions
- Données factuelles sur des pratiques professionnelles de transition (prestataires, guides, associations,...)
- Observation des pratiques récréatives en transition (pratiquants, habitants, touristes,...)
- Les territoires en transition (stations de montagne, pôle nature, base de loisir,...)

Méthode
Élaborer un projet d’étude permettant d’évaluer les données significatives (aménagements, usages, cultures récréatives,...) et les discours des acteurs et des publics dans les actions en transition réalisées depuis une vingtaine d’année.

Profil recherché

  • Doctorat dans une discipline de sciences sociales, préférentiellement en géographie ou sociologie.
  • Expérience de recherche sur les pratiques de changement, d’innovation et de transition
  • Maîtrise de méthodogies qualitatives (observation, entretiens, tables rondes, sites internet, médias)
  • Compétences d’analyse et de synthèse à partir de documents en français et en anglais
  • De solides qualités personnelles d’autonomie, d’initiative et de rigueur ainsi que des capacités à animer des échanges lors de rencontres collectives

Cadre contractuel
Contrat d’une année (environ 1.900 Euros net/mois) plus frais de fonctionnement liés à la mission.
Localisé dans les locaux de l’UMR PACTE, site de la Cité des territoires, Grenoble Sud.

Contact et candidature
Jean Corneloup - j.corneloup@libertysurf.fr / date de clôture : 20 octobre 2017
Courrier avec lettre de motivation et présentation des grandes lignes de recherche envisagées.

Diffuser cet article :


Partager