Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

4600 lits touristiques de plus à l’Alpe d’Huez ?!

6 janv. 2017

JPEG - 255.1 ko

La commune d’Huez veut plus de lits dans sa station. Elle a donc fait une demande d’autorisation UTN —les fameuses Unités touristiques Nouvelles― qui porte sur 68 000 m2 de nouvelles zones à urbaniser, bien au-dessus du seuil de 12 000 m2 de surface de plancher (SP) touristiques qui impose une telle autorisation.

Ces zones sont réparties en quatre secteurs :
- secteur des Bergers pour 34 000 m2 soit de l’ordre de 2200 lits ;
- secteur Éclose Est pour 28 000 m2 correspondant à 1800 lits touristiques ;
- secteur Éclose Ouest pour 3000 m2 (un peu plus de 200 lits) ;
- secteur Passeaux pour 6000 m2 (260 lits).

En tout, 4600 nouveaux lits touristiques, auxquels s’ajoutent des lits permanents, hors autorisation UTN, dans certains de ces secteurs.

Or, l’Alpe d’Huez est une station qui a un problème de lits froids [1] (65 % des lits de la station), un problème d’épuration des eaux usées, et surtout un problème de réserve en eau.

Le dossier montre bien que la réhabilitation des "lits froids" n’a pas été envisagée sérieusement, contrairement à l’un des objectifs présenté dans le futur SCOT Oisans. Pour ce qui est de l’épuration des eaux usées, les travaux d’agrandissement de la station d’épuration régleront le problème à terme, mais rien ne pourra se construire sur l’Alpe d’Huez avant au moins deux ans. Il n’y a donc aucune urgence quant à la délivrance de l’autorisation UTN. L’argument avancé par la commune quant au fait qu’elle « a des investisseurs sous la main » et qu’il faut donc autoriser vite ne lèvera pas cette interdiction de construire et ne tient donc pas.
Quant à la question de l’approvisionnement en eau, enfin et surtout, les ressources disponibles sont tout simplement incompatibles avec la taille du projet UTN. Au vu des prélèvements actuellement nécessaires pour alimenter le réseau d’eau potable et les réseaux de production de neige pour le domaine skiable, c’est bien simple, la commune ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour augmenter sa consommation d’eau...!

Cela n’a pas empêché la commune de délivrer des permis d’aménager dans certaines de ces zones, sans même attendre l’autorisation UTN sollicitée. Le Préfet de l’Isère, dans le cadre du contrôle de légalité, a enjoint le maire de retirer ces autorisations d’urbanisme !

Mountain Wilderness a, de son côté, demandé au Préfet coordonnateur du Massif des Alpes de ne pas autoriser l’UTN demandée par la commune d’Huez.

[1Les lits froids sont les logements qui sont rarement occupés par leurs propriétaires, qui ne sont pas proposés à la location, ou, quand ils le sont, ne trouvent pas de locataires : en d’autres termes ce sont des appartements vides.

Diffuser cet article :


Partager