Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

650 personnes mobilisées pour le Roc d’Enfer !

30 janv. 2017

C’est à une grosse affluence, bien au-delà même de ses prévisions les plus optimistes, qu’a eu affaire le Collectif gêtois le 21 janvier dernier. En effet, suite à son appel, relayé et soutenu par Mountain Wilderness, ce ne sont pas moins de 650 randonneurs à skis ou raquettes qui ont gravi les 500 m de dénivelé séparant le col de l’Encrenaz du col Ratti. Rassemblés à 1923 m d’altitude, ils y ont formé un immense « NON » humain dans la neige, face à l’immense panorama qui s’offrait à eux, des sommets du Chablais à ceux des Aravis, du massif du Mont-Blanc à celui du Valais suisse, sous un soleil radieux qui soulignait la majesté des lieux. Leur motivation : dénoncer le projet porté par les municipalités des Gets et de Saint Jean d’Aulps-la Grande Terche consistant à relier leurs deux stations, via l’équipement du Col Ratti et de la Combe de Graydon.

UN PROJET DESTRUCTEUR

C’est à un projet insensé que ces amoureux de la nature sont venus s’opposer. Une liaison inter-station qui défigurerait ce magnifique coin de montagne en l’équipant de télésièges, gazex [1], filets à avalanches, pistes tracées au bulldozer et à la dynamite...
Le Roc d’Enfer, c’est une zone protégée classée Natura 2000, au caractère alpin et réserve de faune sauvage. Ses magnifiques paysages sont encore préservés au cœur de ce massif du Chablais déjà tellement équipé pour le ski. Cette petite zone de wilderness profite à de nombreux randonneurs qui la sillonnent été comme hiver en quête de nature, de silence, de beauté et d’authenticité.
Aveugle et hors d’époque, cumulant les absurdités, niant l’évolution climatique, la quasi totalité de ce projet d’aménagement se situe à moins de 2000 m d’altitude, zone d’enneigement faible, avec des pistes projetées en versant sud ! L’objectif : permettre à la petite station familiale de Saint Jean d’Aulps d’intégrer l’immense domaine des Portes du Soleil, ses 650 km de piste, ses 12 stations franco-suisses déjà reliées et de permettre à la station des Gets d’étendre son potentiel de passage.

LES ASPIRATIONS HUMAINES SONT AILLEURS...

C’est à une politique du court-terme, du "toujours plus et à n’importe quel prix", à celle de la fuite en avant et à l’aménagement de la montagne à outrance que sont venu dénoncer ces 650 amateurs de montagne, porte-paroles d’aspirations sociétales plus larges. Ces femmes et ces hommes rêvent à une "montagne debout", une montagne résistante, une montagne durable, une montagne nature, d’échange et de partage. C’est ainsi que le rassemblement s’est tenu, dans une grande convivialité, autour d’un vin chaud offert par le Collectif gêtois au retour de cette magnifique balade sur les pentes et sous les crêtes de l’imposant Roc d’Enfer.

L’Enfer en lequel les aménageurs envisagent de transformer le secteur doit être évité ! Prenons en mains nous aussi, amoureux d’elles, la destinée de nos montagnes. Il est à noter que le Gollectif gêtois compte parmi ses membres des dirigeants hôteliers et moniteurs de ski, soucieux de faire primer sur leur intérêt économique, un tourisme doux, respectueux, moderne ainsi que l’avenir de leurs enfants et de leur cadre de vie … !

VISIONNEZ LA VIDÉO DU RASSEMBLEMENT

[1Système fixe de déclenchement d’avalanches à distance

Diffuser cet article :


Partager