Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Action en justice contre l’arrêté sur la chasse

26 juil. 2018

L’arrêté chasse 2018-2019 du préfet de l’Isère autorise la chasse au sanglier et au cerf Sika tout l’été 2018, et à partir du 1er juin 2019. Le collectif « La Nature sans se faire tirer dessus » et les associations Mountain Wilderness, FRAPNA Isère et ASPAS demandent l’annulation de cet arrêté, et ont déposé un référé-suspension.

La chasse au grand gibier, de par le type d’armes utilisées, est une activité
particulièrement risquée
. Les balles sont projetées à une vitesse comprise entre 700 à 1040 m/s. A 300 mètres de distance, la vitesse de certaines balles dépasse encore les 750 m/s. Ces balles pénètrent ainsi très profondément dans la chair. Les blessures engendrées par ce type de munition sont très souvent mortelles. Ainsi chaque année à l’automne, les promeneurs, les joggeurs, les randonneurs doivent craindre de croiser le chemin de chasseurs ou la trajectoire de leurs tirs. Même en l’absence d’accident, les coups de feu à quelques dizaines, centaines de mètres sont une source de stress, ou de renoncement à profiter de la nature.

Il en sera désormais ainsi même l’été, en pleine période touristique et au moment où les longues journées permettent à ceux qui ne sont pas en vacances de profiter de la nature tôt le matin ou en fin d’après-midi.
Par ailleurs, cette décision va avoir pour effet de fortement déranger des espèces dont la progéniture n’a pas encore atteint l’âge adulte lors de cette période. La chasse est une des activités de pleine nature qui occasionnent le plus de dérangements de la faune.
En autorisant la réalisation de battues, de décantonnements et en banalisant la chasse à l’approche ou à l’affût du sanglier lors de la période estivale, sur l’ensemble du territoire du département de l’Isère, le Préfet expose les usagers de la nature à un danger certain et abaisse le niveau de protection de l’environnement. Cet acte, pris notamment en violation du dispositif dérogatoire établi par les textes, est manifestement illégal.

Le collectif citoyen « La Nature sans se faire tirer dessus » et les associations Mountain Wilderness, FRAPNA Isère et ASPAS demandent donc l’annulation de cet arrêté, et sa suspension dans les plus brefs délais.

L’audience de référé aura lieu le 31 juillet à 14h au TA de Grenoble.

- INFORMATION : lanaturesanssefairetirerdessus@tetras.org

Diffuser cet article :


Partager