Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Amateurs : s’abstenir !

31 mai 2011

MotoArdche
C’est l’avertissement donné par les organisateurs du Trophée cévenol aux éventuels participants à cette randonnée motorisée. Sous entendu : « seuls les pros pourront passer ! » L’édition 2011, pour laquelle la plaquette de promotion de l’événement promettait 350 km de parcours et une difficulté « 5 étoiles », était prévue du 1er au 4 juin.
« Était » car, comme l’an dernier, le préfet du département de l’Ardèche a refusé de délivrer l’autorisation administrative nécessaire à la tenue d’une telle manifestation. C’est ce que nous lui avions demandé encore tout récemment, dans un courrier co-signé des présidents de la Frapna Ardèche et de Mountain Wilderness. Au delà de notre demande, une grande majorité des services de l’État consultés pour avis en Ardèche et dans le Gard auraient donné le feu rouge aux 4x4 et autres quads. En cause, comme c’était d’ailleurs le cas avec la Croisière Blanche : l’inadéquation de la manifestation avec des milieux naturels d’exception, inscrit pour certains en Natura 2000. Les décisions de justices obtenues par France Nature Environnement et Mountain Wilderness font jurisprudence, et c’est très bien ainsi !
Pour l’édition 2010, l’interdiction était tombée la veille de l’épreuve. L’organisateur avait choisi de laisser passer les véhicules. La FRAPNA a déjà engagé les actions nécessaires en vue d’obtenir la condamnation des GRM.
Cette année, le contexte est différent. L’interdiction (ou plutôt la « non autorisation ») est connue de l’organisateur plus de 10 jours avant le début de la manifestation. Cette « non autorisation » tombe par ailleurs alors qu’il y a quelques mois, l’organisateur a opposé une fin de non recevoir à la démarche du Conseil général, du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche et du comité départemental de motocyclisme qui lui proposaient de l’accompagner dans le cadre du comité de pilotage départemental pour la maîtrise des loisirs motorisés, afin de mieux prendre en compte les politiques locales et la sensibilité de certains secteurs. Les GRM ont préféré travailler exclusivement avec la sous-préfecture de Largentière et les maires favorables à leur projet...
Résultat : « Amateurs : s’abstenir ! », dans le vrai sens du terme cette fois, et ce pour le plus grand bien de l’environnement !
Photo FRAPNA 07

Diffuser cet article :


Partager