Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Autoroute A51 : enterrons définitivement ce serpent de mer !

11 juin 2013

Par Jean JONOT, adhèrent MW depuis 1989 -
JPEG - 13.2 ko
L’A51, c’est ce vieux projet d’autoroute entre Grenoble et Sisteron, que d’aucuns verraient bien couper le Trièves en deux, que d’autres préféreraient voir massacrer les bocages du Champsaur, tandis que les plus raisonnables le trouvent très bien comme il est, encalminé au fond des tiroirs !

Mais des informations se succèdent, qui peuvent inquiéter :

  • l’autoroute A51 est dans la liste des projets examinés par la commission « mobilité 21 » mise en place par le ministre des transports, alors qu’on pouvait penser ce projet enterré ;
  • un président de Conseil général décide seul, sans consultation de l’assemblée délibérante, de démarches et pressions pour la relance de ce dossier ;
  • des déclarations fracassantes sont faites par des représentants des chambres consulaires et du monde économique, qui dénoncent « un véritable attentat contre la survie économique de la ville de Grenoble. »

Et pourtant, ce projet d’autoroute est encore plus absurde qu’il y a vingt ans : aveugle et sourd aux contraintes liées au réchauffement climatique, inutile au vu des prévisions de trafic et du déclin du pétrole, gaspilleur de terres agricoles plus que jamais précieuses et menacées, destructeur de paysages essentiels à l’équilibre de tous et supports d’une économie non délocalisable, et enfin, gaspilleur d’argent, public ou privé, qui manque tant par ailleurs.

Et pourtant, le Conseil Régional Rhône Alpes a renouvelé récemment son opposition à ce projet, le Schéma interrégional du Massif des Alpes se garde bien de mentionner cette infrastructure ; mieux, elle est absente du Schéma national d’infrastructures de transport ! 

En matière d’aménagement du territoire, la position de Mountain Wilderness est connue de longue date : privilégier les solutions d’aménagement de l’existant (les voies routières 1075 et 1085 // la voie ferrée Grenoble-Veynes) dont les potentialités sont trop ignorées des décideurs de TGV. Avec de plus, un ensemble de choix politiques visant à fournir davantage d’outils de développement pertinents que de fantasmes de grands projets inadaptés et coûteux qui font « flop ». Avec une priorité, celle du maintien d’une vie locale des habitants qui ne soient pas transformés en gardiens d’un décor de campagne-dortoir.

JPEG - 39.6 koLe Trièves, un territoire à vivre plutôt qu’une zone exploitée et dégradée par la spéculation mobilière et immobilière, une banlieue où tout juste survivre.

Et pour manifester cet attachement à leur terre de vie, de nombreux habitants du Trièves, terre de résistance active, prévoient, entre autres initiatives, une

VELORUTION le samedi 15 juin prochain !

.
- Rendez-vous dès 11 h au Col du Fau (Monestier de Clermont) avant une descente en vélo vers Grenoble, pour manifester notre espoirs et notre détermination intacte.

Trièvois de tous les pays, venez participer à la VELORUTION !!!

- Signez la pétition contre cet autoroute !

JPEG - 18.1 ko

Diffuser cet article :


Partager