Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Avenir du Mont-Blanc : le débat s’engage sur de bonnes bases

30 mars 2012

MontBlanc
Le 24 mars 2012, Mountain Wilderness France organisait une conférence-débat à Argentière, dans la vallée de l’Arve. Le thème : « 25 ans après la proposition d’une protection internationale du Mont-Blanc, où en est-on ? »

. Il était en effet temps de faire le point sur ce dossier emblématique de la protection de la montagne, et il était légitime que ce soit Mountain Wilderness, à l’origine du concept de protection internationale du Mont-Blanc, qui s’en charge. Cela fait en effet plus de 25 ans que les alpinistes réunis pour célébrer le bicentenaire de la première ascension du Mont-Blanc lançaient l’idée d’une protection internationale du massif. Les mêmes créaient dans la foulée Mountain Wilderness.
Cette proposition de parc international a été diversement perçue. Rejetée par les uns, partagée par les autres, elle aura donné lieue à la création de deux entités distinctes : l’Espace Mont-Blanc et Pro Mont-Blanc. Une phase initiale d’opposition frontale a permis de faire de la protection du Massif un réel sujet, et de créer les conditions d’un dialogue entre les différents partenaires qui ont finalement appris à se parler et à travailler ensemble.
1987
Après un rappel historique de la protection du Massif par Hugues Thiébault, Secrétaire général de Mountain Wilderness International et la présentation du Schéma de développement durable et des projets intégrés de territoire par Nicolas Evrard, vice-président de la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix, Éric Fournier, le maire de Chamonix et vice-président français de la Conférence Transfrontalière Mont-Blanc a présenté le processus d’élaboration du Plan de gestion du massif et du Plan climat-énergie. Anne Lassman-Trappier, présidente de l’association Environn’Mont-Blanc a rebondit sur la concertation sur la vallée de l’Arve lancée par Pro Mont-Blanc et le WWF à travers l’opération Tran’Versant.
Le débat animé par Jean-David Abel, administrateur de MW France, fut riche de par la qualité des interventions et des membres de l’assemblée*. La soixantaine de participants venus assister attentifs à la conférence-débat ont eu un large temps de parole pour échanger avec les intervenants de la conférence.
Ainsi, un consensus a été établi pour continuer à structurer le dialogue entre élus, socioprofessionnels et associations. Éric Fournier a confirmé que l’Espace Mont-Blanc était en train de se doter d’une structure juridique, sous la forme d’un groupement européen de coopération territoriale (GECT), au sein duquel une place sera faite aux ONGs. La coopération entre les différents partenaires doit conduire à ne plus opposer le haut et le bas, la nature de la haute montagne et la vie des vallées.
Le débat a aussi permis de mettre en lumière le processus d’élaboration du plan de gestion du massif, condition sine qua non à son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Le processus de concertation, est en marche, avec une nouvelle phase de réunions prochainement. Le futur ministère de l’environnement sera lui aussi sollicité dans cette optique de reconnaissance internationale du Mont-Blanc, au sein d’une démarche commune « élus - sociopro - ONG ».
2012
La question passionnée de la protection du massif semble plus que jamais au cœur des préoccupations locale, de quoi redonner du cœur à l’ouvrage aux actions que nous entreprenons au sein de Mountain Wilderness. Une prochaine rencontre sur cette thématique emblématique est d’ores et déjà prévue pour 2013.
Notons que la conférence-débat donneront lieu à la réalisation d’un dossier spécial publié dans la revue de Mountain Wilderness France (numéro de Septembre/Automne 2012).

* Ont notamment participé au débat : Claude Comet, conseillère régionale déléguée à la Montagne ; Michel Fourcade, président du Groupe Montagne de l’UICN France ; Barbara Ehringhaus, présidente de Pro Mont-Blanc ; Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais ; Georges Elzière, président de la Fédération françaises des clubs alpins et de montagne et Niels Martin, directeur de la toute nouvelle Coordination Montagne.

Diffuser cet article :


Partager