Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Classement du massif de l’Etendard : MW dénonce le revirement des élus

16 sept. 2004

image
Depuis le sommet de l’Etendard - V. Neirinck

Une enquête administrative s’est déroulé ce printemps en Isère et en Savoie en vue du classement du massif de l’Etendard et du col du Glandon. Ce dossier était inscrit à l’ordre du jour de la séance du 8 septembre dernier de la Commission des sites, perspectives et paysages du département de la Savoie.
Mountain Wilderness avait émis un avis sans réserve lors de l’enquête et publié un communiqué commun avec la Frapna demandant le classement. Notre représentant à la Commission des sites n’a pas manqué de le rappeler.

Pour mémoire, ce classement intervient en contrepartie de la mise en place de la liaison interstation des Sybelles, à travers le massif de l’Ouillon et des cols de la Croix de Fer et du Glandon. Le périmètre de ces cols étant situé en site inscrit, la liaison —un temps empêchée par la volonté du ministre de l’Environnement de l’époque— n’a pu se faire que sous une forte pression des élus locaux. L’Etat a finalement autorisé la réalisation de l’UTN en contrepartie de la signature par toutes les parties prenantes, le 26 sept 2000, d’un protocole « pour la valorisation paysagère du site inscrit des cols de la Croix de Fer et du Glandon », prévoyant expressément dans l’article intitulé « protection durable des secteurs contigus du domaine skiable aux abords de l’Ouillon » le classement du site entre le sommet de l’Etendard et les abords du domaine skiable : « les signataires [...> s’engagent [...> à conduire sans délai les démarches permettant d’en assurer le classement au titre de la loi de 1930. »

Aujourd’hui que les remontées mécaniques sont en place, cet engagement ne tient plus : les élus reviennent sur leur signature et s’opposent —en déposant lors de l’enquête ou en votant contre le classement lors du passage du dossier en Commission des Sites— au classement de la zone proposée, en prétextant que le protocole ne prévoyait pas le classement de la partie du site inscrit, celle non aménagée, pourtant en attente de classement depuis 1939... C’est pourtant prioritairement ces espaces, directement contigus au domaine skiable maintenant créé, qu’il est impératif de protéger.
Hormis les voix des élus (4 représentants) et 2 abstentions, 12 voix se sont ainsi déclarées pour le classement lors du vote.

Mountain Wilderness vient de dénoncer ce revirement des élus dans un courrier au Ministre de l’Ecologie et du Développement durable en demandant de faire procéder au plus vite au classement du Massif de l’Etendard et du col du Glandon.
Nous demandons également au Ministre que soit dès à présent proposée au classement la partie nord du site inscrit des Abords des cols de la Croix de Fer et du Glandon, enlevée du périmètre proposé aujourd’hui au classement —bien que non touchée par les aménagements réalisés— pour permettre à la commune de Saint-Colomban-des-Villards de renforcer ses liaisons avec le domaine skiable des Sybelles. A l’instar de ce qui s’est passé à l’occasion du passage en Conseil d’Etat du dossier de classement du Massif du Saint-Eynard pour lequel a été demandé un classement complémentaire, la cohérence paysagère impose la préservation de ces espaces directement menacés par une extension du domaine skiable. Le périmètre ainsi classé, comprenant celui aujourd’hui proposé au classement complété de tout le site inscrit non aménagé, serait ainsi conforme aux engagements pris par le protocole de 2000 qui visait une « protection durable des secteurs contigus du domaine skiable aux abords de l’Ouillon. »

Diffuser cet article :


Partager