Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Col de Sarenne, fin de la saga

9 sept. 2013

JPEG - 130.8 koUne photo du Col de Sarenne en première page d’un magazine. Voilà ce qui a attiré l’attention d’un de nos adhérents pendant ses vacances... en Californie.

Le Tour de France, c’est une publicité mondiale, et la garantie -des mois à l’avance- que tous les hébergements touristiques seront occupés pendant les premières semaines de Juillet. Voilà pourquoi les stations touristiques de montagne se battent pour accueillir l’événement.

Grâce aux passages fréquents de la course à l’Alpe d’Huez, l’Oisans est un lieu phare du tourisme cyclosportif international. Une activité touristique, basée dans les vallées et les villages, étalée sur les 3 "autres" saisons, et qui peut se développer sans aménagements supplémentaires dans les espaces naturels de montagne : à MW, on voit plutôt ça d’un bon œil.

Malheureusement le passage du grand Barnum du Tour de France, avec sa caravane de centaines de véhicules, ses hélicoptères, ses spectateurs par milliers, etc. n’est pas compatible avec le respect des espaces naturels qui bordent certaines routes de montagne.

L’année dernière à la Planche des Belles Filles (Haute-Saône, massif des Vosges), les organisations de protection de l’environnement avaient été prises de vitesse et n’avaient rien pu faire pour éviter l’élargissement de la route et la création de parkings en pleine nature (voir les photos des aménagements ici).
Cette année, grâce à notre mobilisation, l’impact du passage du Tour au Col de Sarenne a pu être limité.

Le Tour est, avant tout, une entreprise de spectacle sportif à but commercial : dans cette logique les organisateurs se doivent de proposer chaque année des nouveautés dans le parcours.
Nous craignons donc qu’il y ait une surenchère pour trouver régulièrement des routes de montagnes encore plus inédites et spectaculaires.

Il faudra dorénavant être vigilant, dès l’annonce du parcours, aux espaces naturels de montagne qui pourraient être concernés par le passage de l’épreuve.

Diffuser cet article :


Partager