Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Collet d’Allevard : discussions autour d’un télésiège...

20 avr. 2011

ColletAllevardGELes prochains équipements (piste et télésiège) prévus par la station du Collet d’Allevard viennent en remplacement du télésiège obsolète qui permettait jusqu’ici l’accès au point culminant de la station.
A priori pas de problème : MW, comme en général les associations de protection de l’environnement en montagne, est favorable aux restructurations internes des domaines skiables existants. Outre une sécurité, un confort et une vitesse de transport accrus pour leurs passagers, les remontées mécaniques modernes comportent en général moins de pylônes que celles qu’elles remplacent. Personne n’aura à s’en plaindre : c’est moins cher et moins laid !
Cependant, au Collet, l’implantation de ces aménagements ne se ferait pas au même endroit que celui qu’ils remplacent, mais dans un vallon se trouvant de l’autre côté de la ligne de crête, pour l’instant vierge d’équipements lourds.
La Frapna Isère et Mountain Wilderness avaient donné leur avis dans le cadre de l’enquête publique qui s’est déroulée l’été dernier, notamment en soulignant l’enjeu écologique majeur de l’espace de tranquillité pour la faune sauvage, en particulier pour les tétras-lyre, que constitue le site d’implantation envisagé pour le nouveau télésiège.
Au vu des lacunes du dossier d’étude d’impact, de l’obsolescence des mesures compensatoires proposées et des atteintes prévisibles sur le milieu naturel, la FRAPNA-Isère et Mountain Wilderneess (lire ici ) avaient exprimé un avis très défavorable au projet de télésiège du Clapier et à la piste associée.
Ces équipements ont cependant été autorisés, nonobstant ces impacts et le manque de prise en considération d’alternatives à l’équipement de ce vallon vierge. La FRAPNA-Isère a alors décidé d’engager un recours en annulation auprès du tribunal administratif de Grenoble.
A la demande des responsables de la station, une rencontre a eu lieu le vendredi 8 avril dernier pour faire le point sur ce dossier. Philippe Langenieux-Villard, maire d’Allevard, conseiller général, Marc Rosset, adjoint au maire et président de la Société du conseil d’exploitation des remontées mécaniques de la station, Claude Vannuffelen, maire de la Chapelle du Bard, accompagnés d’une représentante du bureau d’études en charge du dossier représentaient la station. Francis Meneu, son président, Thomas Guiblain en charge de la commission « Montagne » et Hélène Fogglar, responsable du pôle « veille écologique », représentaient la FRAPNA. Vincent Neirinck, de Mountain Wilderness, a participé aux échanges en tant que représentant des associations de protection de la nature à la commission spécialisée des UTN du Massif des Alpes.
Cette réunion très technique a permis à chacun d’expliciter son point de vue sur les enjeux liés à ce projet. Ont en particulier pu être discutées les raisons ayant présidé aux choix techniques et au lieu d’implantation de la nouvelle remontée mécanique. Il est bien évident qu’en aucune manière les associations n’ont remis en question la nécessité de remplacer le télésiège obsolète, mais portent leur travail sur la manière de le faire, en particulier sur le lieu d’implantation du nouvel équipement, de manière à conserver la fonctionnalité de la station sans porter d’atteintes supplémentaires au milieu naturel.
La loi Grenelle 2, publiée au Journal Officiel du 13 juillet 2010, fixe comme objectif principal l’arrêt de l’érosion de la biodiversité ; il est aisément concevable que pour atteindre cet objectif à l’échelle locale, il faut laisser le vallon du Chalet du Clapier intact. Les associations ont proposé à la station de réfléchir à la possibilité de construire le nouveau télésiège sur le trajet de l’ancien, minimisant ainsi les impacts. Les inconvénients (temps de trajet jugé trop long) pouvant être compensés par une information des skieurs faite en gare de départ : « Merci de votre patience, qui trouve sa récompense dans la préservation d’un milieu naturel vierge, permettant la survie de notre population de tétras-lyre. » A noter qu’un tel appareil ne remettrait en aucune façon en cause le fonctionnement de la station.
Les parties se sont donné un délai supplémentaire pour étudier des éléments complémentaires et fixer
définitivement leurs positions.

Diffuser cet article :


Partager