Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Collet d’Allevard - Stop au désastre des bulldozers !

5 oct. 2011


Communication du 30 septembre 2011

En dépit du recours déposé et de conditions préalables non remplies,
les bulldozers sont entrés en action !


Nous vous alertions au printemps déjà : la station du Collet d’Allevard, dans le massif de Belledonne, souhaite étendre son domaine skiable en profitant de l’argument fallacieux du remplacement d’un ancien télésiège. En cette fin septembre 2011, l’une des rares zones naturelles encore vierge de tout impact anthropique à proximité de Grenoble et de Chambéry, la vallée de Saint-Hugon, a vu arriver les engins de travaux et fait déjà l’objet d’une dégradation irrémédiable ! Cela indépendamment des recommandations faites quant à la présence de zones humides et d’espèces protégées.
Rappel : les communes d’Allevard et de La Chapelle du Bard prévoient une extension du domaine skiable et l’installation d’une nouvelle remontée mécanique sur le secteur du Clapier, versant tranquille et isolé, relictuel dans ce secteur des Alpes. L’impact de ce projet engendrera la destruction de ce milieu naturel fragile et patrimonial, pourvu de zones humides, dans lequel faune et flore trouvent un refuge.
Aussi la FRAPNA Isère et Mountain Wilderness ont-elles donné un avis très défavorable sur le projet, dans le cadre de l’enquête publique en 2010. Elles ont rencontré les acteurs du projet, maire et conseiller général en tête, pour proposer des alternatives n’oblitérant pas le fonctionnement économique de la station tout en permettant de conserver les équipements sur le versant déjà aménagé. Las, c’est bien une volonté d’expansion territoriale qui guidait les porteurs du projet.
La FRAPNA a donc déposé un recours contentieux au Tribunal administratif de Grenoble à l’encontre de l’autorisation d’exécution des travaux et a alerté sur la présence de zones humides non prises en compte dans les études préalables et les demandes d’autorisation de travaux.
Sans attendre le jugement du recours, les bulldozers ont commencé des travaux de terrassement, détruisant ce site vierge.
Plus grave : l’avis favorable du commissaire enquêteur et les autorisations de travaux délivrées par la mairie sont conditionnés à la signature préalable au début des travaux d’une convention de gestion avec Avenir (le Conservatoire des espaces naturels de l’Isère) et les chasseurs. Convention qui n’est pas signée à l’heure actuelle...

Les photos ci dessous sont éloquentes du désastre qui est engagé. Une fois de plus, on voit bien la volonté des stations d’étendre leur territoire quelques soient les enjeux ou les engagements pris par ailleurs !
photo-cp1
 
photo-cp2
© Photos Frapna Isère
{}
 

Diffuser cet article :


Partager