Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Coup d’arrêt à l’Espace Diamant

29 sept. 2004

Communiqué de la Fédération des Clubs alpins français, de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, de Pro Mont-Blanc et de Mountain Wilderness

L’Espace Diamant, c’est ce projet de liaison interstation dont l’ambition est de faire du Val d’Arly le plus grand domaine skiable d’Europe.

Le dossier, porté par les communes de Hauteluce, Notre Dame de Bellecombre, Praz sur Arly et Megève, devait passer devant la commission spécialisée des UTN du massif des Alpes ce jeudi 30 septembre.

Nos associations ont régulièrement fait état de leur opposition résolue à ce projet, dont l’impact environnemental nous semble prohibitif. En effet, c’est le dernier espace vierge d’équipement de la rive Est de l’Arly qui devait à terme disparaître, rompant ainsi le fragile équilibre encore présent. Notre pétition demandant l’abandon du projet d’aménagement du Plateau de Véry dans le cadre de l’Espace Diamant avait recueilli plus de 2500 signatures. Dernier élément en date, le vote samedi dernier lors de l’Assemblée générale de Pro Mont-Blanc, le collectif international des associations pour la protection du Mont-Blanc, d’une motion dénonçant l’impact majeur de la chaîne continue d’installations et de terrassements sur le paysage, les itinéraires de randonnée et la nature montagnarde. Le collectif appelait ainsi les membres de la commission spécialisée des UTN à voter contre le projet et invitait Monsieur le préfet coordonnateur du massif des Alpes à différer toute décision d’autorisation.

Nous déplorions également que la Conférence Transfrontalière, l’organe décisionnaire de l’Espace Mont Blanc —dans le périmètre duquel le projet est totalement inscrit— soit absent de ce dossier ; il n’a pas été saisi (ou ne s’est pas saisi) pour avis, contrairement aux principes de gestion définis par les ministres à l’origine de la CTMB.

Nous apprenons aujourd’hui que nos arguments ont porté : la plupart des administrations se sont déclarées défavorables au projet, et deux des communes concernées ont pris des délibérations annonçant leur retrait du projet. Les deux autres ont également fait savoir qu’elles renonçaient à le porter devant la commission UTN.

Nos associations se réjouissent de cette décision et veulent y voir la reconnaissance de la valeur environnementale forte des territoires concernés. Elles veulent y voir également une reconnaissance de la fonction de gestionnaire de l’Espace Mont-Blanc, que nous appelons à travailler en cohérence avec les conclusions de sa commission scientifique des milieux sensibles qui identifie cette zone de l’Espace Mont Blanc, encore vierge d’équipement, comme un « espace naturel non modifié d’intérêt transfrontalier assurant le maintien d’une liaison entre des zones de vaste naturalité, impliquant des projets de gestion coordonnés pour la préservation de zones de silence, de coupure d’urbanisation, de corridors écologiques, de sauvegarde du paysage traditionnel. »
En d’autres termes il s’agit d’un territoire jouissant d’un paysage exceptionnel, permettant aux communes concernées d’offrir des itinéraires de randonnée remarquables (Tour du Pays du Mont-Blanc et Tour du Beaufortin) et assurant de plus une fonction écologique fondamentale, et qu’il faut préserver comme tel.

C’est cette protection pérenne que nous appelons aujourd’hui de nos vœux.

Pour la http://www.clubalpin.com/frFédération des Clubs alpins français
Jean-Pierre Buraud, Vice Président

Pour la http://www.frapna.org/Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature
Robert Beck, Président du Réseau régional montagne

Pour http://www.pro-mont-blanc.org/Pro Mont-Blanc,
Collectif international des associations pour la protection du Mont-Blanc
Jean-Paul Trichet, Président

Pour Mountain Wilderness
Jean-Pierre Courtin, Vice Président

Diffuser cet article :


Partager