Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

‘Croisière Blanche’ : oui, il est temps d’arrêter !

20 janv. 2006

/images/documents/CB06-Presse.pdf&g...

Le 19 janvier 2006

Le collectif des organisations opposées à la ‘Croisière Blanche’ et aux pratiques de loisirs motorisés dans les espaces naturels communique :

‘Croisière Blanche’ : oui, il est temps d’arrêter !

D’après les informations dont nous disposons à ce jour, passant outre à la circulaire et aux recommandations de Nelly Olin, Ministre de l’Écologie et du Développement durable, le Préfet des Hautes-Alpes, Jean-François Savy, viendrait de délivrer une n-ième autorisation dérogatoire exceptionnelle au déroulement de la ‘Croisière Blanche’, cette manifestation livrant les vallées du Champsaur et Valgaudemar aux 4x4, quads et autres trials.
Une fois encore, comme ses prédécesseurs, en dérogation à l’esprit et à la lettre de la loi, le Préfet aurait fait prévaloir des considérations étroitement politiques et économiques, locales et à court terme, sur l’intérêt général et celui de la planète. Une fois encore, les avis extrêmement réservés du Parc national des Ecrins, de l’Office national des forêts et du Conseil supérieur de la pêche, sans parler de ceux de nos organisations, seraient donc à nouveau ignorés ou contournés. Une fois encore, prime serait donnée par l’autorité préfectorale à la marchandisation à des fins privées de nos espaces naturels, à la glorification irresponsable des loisirs motorisés et au saccage de notre patrimoine naturel.
Les « restrictions » évoquées, si elles sont confirmées dans les prochaines heures, ne sauraient nous abuser : nos propositions de compromis très provisoire en faveur d’un plus strict encadrement de cette manifestation ont été « aménagées » de façon à ne pas empêcher le « bon » déroulement de la manifestation. Il semblerait que soit encouragés les arrêtés municipaux interdisant tous les itinéraires empruntés par les motoristes aux autres pratiquants !

C’est dans un tel contexte que les hauts-alpins sont appelés à se mobiliser à Gap, le samedi 21 janvier, à partir de 10H, de l’Esplanade de la Paix à l’Hôtel du Département ; puis à 17H, salle ‘Le Royal’, pour une conférence ambitieuse sur les conséquences des changements climatiques en cours ; enfin sur le terrain, en Champsaur, le 25 janvier.
Une délégation du collectif a demandé audience au Président du Conseil général des Hautes-Alpes, Alphonse Truphème : elle entend lui rappeler son engagement public, à Crots, l’été dernier, de réduire de moitié la subvention octroyée à la société organisatrice de la ‘Croisière Blanche’.

Le traitement infligé à nos avis par les autorités locales, ce malgré la concordance des avis émis par les services de L’Etat avec nos arguments, nous encouragent à redoubler de vigilance et à persévérer dans notre contestation de ces rodéos motorisés. Dès samedi, loin des concessions à l’air du temps, le « collectif pour l’arrêt de la ‘Croisière Blanche’ et contre les pratiques de loisirs motorisés dans les espaces naturels » poursuivra à Gap la campagne civique d’information et de sensibilisation qu’il conduit depuis des années. Nous nous félicitons des soutiens particuliers d’Anne Briand, Stéphane Passeron et Nicolas Hulot.

Avant, pendant ou après, il invite les citoyens de ce pays attachés au calme, à l’air pur et à l’intégrité des paysages de France à signer en nombre la pétition nationale à disposition sur le site dédié : http://petition.stmedd.free.fr . Son succès, attendu, en dit long sur le degré d’exaspération de nos concitoyens et la réalité de eur adhésion à nos arguments.

image
Liste actualisée des organisations signataires : voir dossier de presse au format pdf

Diffuser cet article :


Partager