Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Développement des loisirs motorisés et valorisation des Alpes sont contradictoires !

20 févr. 2008

Les comités de Massifs ont été instaurés par la loi Montagne de 1985. Ces instances consultatives regroupent les principaux acteurs de la montagne, élus, administrations, socio-professionnels…, et définissent les actions souhaitables à mettre en œuvre sur chacun des massifs français, en particulier à travers la préparation des schémas interrégionaux d’aménagement et de développement des massifs. Ils peuvent également, à travers avis et préconisations, orienter les politiques
publiques.

Ainsi, lors de sa réunion plénière du 30 novembre dernier, le Comité de Massif des Alpes, co-présidé par le préfet de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Michel
Bouvard, premier vice-président du Conseil général de la Savoie, a adopté à l’unanimité une motion sur les loisirs motorisés dans laquelle il est écrit :

« La qualité des paysages et de l’environnement contribuent à la notoriété du massif alpin. Au delà de participer à la préservation d’une grande biodiversité, ces espaces naturels sont des éléments importants pour le choix de la destination touristique. Les responsables locaux en sont conscients et font porter leurs efforts sur ces aspects notamment en s’efforçant de limiter la circulation automobile dans les stations. Dans ce contexte le développement des loisirs motorisés —motos-neige, quads, circulation des véhicules tout terrain, manifestation autour de ces véhicules—
est contradictoire avec les efforts effectués pour valoriser le paysage et le milieu naturel. »

Le Comité recommande la stricte application de la réglementation, en suggérant que la notion de voie carrossable soit envisagée dans son acception la plus restrictive, ainsi que la limitation des manifestations autour des engins motorisés, reconnues comme des occasions de promouvoir ces pratiques. Le caractère dérogatoire et exceptionnel de ces manifestations a été souligné, ainsi que le fait que l’avis donné par les gestionnaires des territoires concernés devait être suivi à la lettre lors de l’instruction du dossier, en particulier dans les Parcs naturels régionaux, réserves naturelles et zones périphériques de Parcs nationaux.

Concernant les terrains de motoneiges —qui sont soumis à autorisation UTN depuis le décret n° 2006-1683 du 22 décembre 2006 relatif à l’urbanisme en montagne—, il est demandé à la commission UTN lors de l’examen des demandes d’autorisation, de porter une très forte attention au respect de la réglementation afin de s’assurer que le terrain présenté a toutes les caractéristiques d’un terrain aménagé au sens de la loi et n’est pas en réalité un circuit en milieu naturel.

Ce vote est l’aboutissement d’une année de maturation, qui fait suite à une demande du Préfet de la Savoie datant de Janvier 2007 concernant l’application du décret en question sur les terrains de motoneiges. Mountain Wilderness avait proposé que l’analyse soit étendue à l’ensemble de la problématique « loisirs motorisés », ce qui fut fait en commission UTN puis en Commission permanente avant d’aboutir au texte adopté à Chambéry ce 30 novembre.

Nous ne pouvons que nous féliciter de l’issue de ce travail, et souhaitons que ce texte soit communiqué aux autres instances de Massifs ainsi qu’à tous les préfets de
département de montagne.

- Lire ici le texte complet de la motion du Comité de Massif des Alpes
- Voir la composition du Comité de Massif des Alpes sur le site de l’Anem

Diffuser cet article :


Partager