Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Encore de nouveaux lits touristiques autorisés en Maurienne

24 juin 2011

La commission spécialisée des UTN du Massif des Alpes s’est réunie le lundi 20 juin 2011 pour débattre de deux dossiers, parmi lesquels une demande de la commune de Saint François Longchamp.
Celle-ci souhaite développer son parc immobilier et « monter en gamme » et demandait donc l’autorisation de construire 1750 lits sous forme de résidence de tourisme 4 étoiles, 650 en résidence de tourisme 3 étoiles et 50 en hôtel, pour une surface totale de 36 750 m2 de SHON (Surface hors œuvre nette, calculée à partir de la surface brute dont sont soustraits les surfaces de combles, caves, etc. Lire ici pour une définition précise).

L’histoire de cette station débute en 1943, mais c’est en1983 qu’elle prend son essor avec la reprise par les deux communes support de la station de la société des remontées mécaniques, la mise en place de la liaison avec Valmorel à travers le col de la Madeleine, et la création de 35 000 m2 d’hébergements et de services. D’autres décisions UTN en 1986, 1987 et 1989 autoriseront la construction de 43 000 m2 de SHON. La crise de l’immobilier du début des années 90 mettra la station dans de graves difficultés financières.
En 1995, la signature d’une délégation de service publique, qui court jusqu’en 2032, avec la société Remy Loisirs permet la reprise des investissements sur le domaine skiable, avec notamment l’installation de dispositif d’enneigement artificiel, et une relance de la commercialisation et de l’activité immobilière : une nouvelle autorisation UTN est donnée en 2000 pour 16 400 m2 de SHON dans le secteur des Longes. Cette urbanisation se fera dans le cadre du processus ZRR (Zones de revitalisation rurale) : les acquéreurs s’engagent à louer leurs appartements sur une période de 9 ans en échange d’avantages fiscaux.
Mais ce processus porte en lui le germe de son échec : après 9 ans, les propriétaires reprennent leurs biens, et la station se retrouve sans suffisamment de lits banalisés, ou « lits chauds », nécessaires pour héberger la clientèle du domaine skiable et permettre au système de fonctionner... Pas de problème, il suffit de reconstruire de nouveaux lits !
En décembre 2009, la commune a donc demandé la création de 37 150 m2 de SHON touristique. La commission UTN a alors ajourné la demande en raison de problèmes liés à l’assainissement et à l’alimentation en eau potable. Mais sans trop se poser de question sur le principe même de construire encore et toujours de nouvelles résidences de tourisme.
Fin juin 2011, une solution ayant été trouvée pour installer une station d’épuration, le dossier est donc repassé devant la commission, qui a donné un avis favorable après de longs débats.
Seules deux voix sur 14 votants, dont celle de MW, se sont opposés à ces nouvelles constructions.
Comment en effet valider une opération basée sur le principe d’un bétonnage sans limite des montagnes ? Les anciens hébergements sont trop vieux, trop compliqués à rénover : pas de soucis, construisons-en des neufs à côté ! La Maurienne détient ainsi le record des constructions neuves de logements touristiques de toutes les montagnes de France.
A notre sens, c’est une limitation drastique des autorisations à construire qui seule seule pourra conduire à ce qu’on s’attache véritablement à lever les difficultés des réhabilitations de logements anciens. Il est beaucoup trop facile aujourd’hui de construire du neuf : la montagne risque de périr étouffée sous le béton !
Construction

Diffuser cet article :


Partager