Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Eoliennes au Sénépy : MW France prend position

4 avr. 2008

La société Boralex prévoit l’implantation d’une série d’éoliennes sur les crêtes du Sénépy, sommet que le site Internet "Sud Grenoblois tourisme" identifie ainsi dans sa rubrique "Découverte de la nature - le relief" : "Culminant à 1769 m, le Senépy se situe dans le prolongement de la montagne du Connex. Son échine formée d’un ensemble de collines rondes recouvertes de pâturage s’étend jusqu’à la Mure. On peut y pratiquer la raquette, notamment au départ des Signaraux.
Face au Senépy, voici la fameuse Pierre Percée située sur les hauteurs de La Motte d’Aveillans. Cette roche à la forme particulière, évoquant un diable agenouillé face contre terre, a alimenté une légende locale. Elle est l’une des sept merveilles du Dauphiné."

Concernée par ce projet d’aménagement prévu sur un sommet visible d’une bonne partie du Sud Isère, du Trièves et de la Matheysine en particulier, mais également depuis la Pierre Percée, MW France a pris une position défavorable à ce projet d’améngement, justifiée par les arguments présentés dans le texte ci-dessous.

Projet Boralex de ferme éolienne au Sénépy (Matheysine, Isère)

Avis de Mountain Wilderness France

lundi 31 mars 2008

MOUNTAIN WILDERNESS France (MW France) a été tardivement informée par plusieurs associations environnementalistes d’un projet avancé de réalisation d’une ferme de sept éoliennes sur les crêtes du Sénépy en Matheysine.

MW France n’a pas vocation statutaire à prendre position sur la politique d’approvisionnement énergétique du pays et, en l’occurrence, sur la pertinence du recours à l’énergie éolienne pour la production d’électricité. Cependant elle entend apporter sa contribution au débat dans la mesure où un tel projet s’inscrit dans un territoire et des paysages de montagne au cœur de son champ d’activités.

L’épuisement programmé des ressources fossiles et l’augmentation dramatique des taux de GES (gaz à effet de serre) dans l’atmosphère terrestre exigent en première urgence un recours massif aux économies d’énergie notamment dans les domaines énergivores du bâtiment, des transports du fret et des déplacements individuels et collectifs en même temps qu’une diversification résolument ciblée des sources d’approvisionnement énergétique les moins polluantes.

Très vigilante quant à toutes les formes d’équipement et de marchandisation de la montagne, MW France n’a de cesse d’en appeler à une meilleure prise en compte des paramètres environnementaux dans l’étude de tout aménagement et d’affirmer que, moins que jamais, les retombées économiques d’un projet ne peuvent suffire à le justifier. En particulier, et quel que soit l’intérêt de plus en plus évident de développer la part des énergies renouvelables, en sus des indispensables économies d’énergie, il est essentiel de préserver des espaces naturels de grande qualité, car ils sont une composante de paysages de montagne attractifs et précieux, porteurs d’émotions indispensables à l’équilibre et au bonheur des visiteurs.

MW France exige donc la présentation préalable d’un « schéma départemental éolien » (SDE) établi en concertation avec les associations précitées et les organismes institutionnels concernés : Parcs, Commissions des sites, Comités de massif. Or MW France est informée de l’intention des constructeurs de profiter de l’absence actuelle de SDE pour étendre leur projet d’équipement aux crêtes voisines du Conest.

MW France a eu dernièrement communication de l’ensemble des réponses apportées par la société Boralex aux questions formulées par les élus et les associations lors d’une réunion locale tenue dans la commune de Prunières le 31 janvier 2008. MW France observe que plusieurs questions parmi les plus pertinentes restent à ce jour sans réponses.

Constatant ainsi que : 

-*

le projet en question ne s’inscrit pas dans un SDE préalablement défini,

-*

aucune garantie n’est donnée quant à sa stricte limitation dans l’espace et le temps au territoire initialement investi,

-*

la pertinence du choix du site retenu n’est pas démontrée,

-*

l’étude d’impact du projet n’apporte pas de garanties suffisantes quant à l’impact des voies d’accès et de la fréquentation « touristique » du site dont celle des véhicules motorisés de loisir,

-*

l’enterrement de la ligne aérienne THT qui défigure de longue date les crêtes du Sénépy n’est pas évoqué comme mesure compensatoire,

-*

aucun engagement écologiquement vertueux n’est à ce jour pris par les communes bénéficiaires du projet quant à l’utilisation des fonds perçus,

-*

la responsabilité juridique et les provisionnements destinés à garantir le démantèlement en fin d’exploitation de l’ensemble des installations ne sont pas clairement définis,

-*

la participation des associations environnementalistes au Comité de suivi du parc éolien n’est pas assurée,

MW France donne un avis défavorable à ce projet.

A noter : un rassemblement festif est prévu sur les lieu le 6 avril prochain, porté par Paysages de France et les associations locales.
Plus d’infos sur le site de la MNEI.

Diffuser cet article :


Partager