Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Etes-vous plutôt un covoitureur dynamique ou instantané ?

20 sept. 2010

http://itinisere.fr/experimentation...Semaine de la mobilité oblige, la question des transports est actuellement au coeur de l’actualité. Parmi les initiatives mise en avant, le thème d’un covoiturage amélioré, plus réactif, émerge en plusieurs lieux. La question actuelle semble être : comment appliquer le covoiturage aux trajets quotidiens, en zone rurale tout en apportant plus de souplesse ? Plusieurs territoires proposent des réponses à leur mesure et à la hauteurs de leurs moyens.

Si vous vivez en Isère et plus particulièrement à Grenoble ou dans le Vercors, la démarche expérimentale lancée par le Conseil général ne peut pas vous avoir échappée. Celle-ci étant largement médiatisée, vous trouverez toutes les informations utiles en ligne (voir ici ou ). Retenons qu’elle ambitionne d’utiliser au mieux les possibilités offertes par les dernières technologies de communication mobiles pour mettre en contact au plus vite (un délais maximum de 10 minutes est annoncé) un conducteur et un ou plusieurs passagers. Il s’agit dans un premier temps d’une expérimentation dont l’avenir dépendra du taux de participation. Vous avez donc jusqu’au 26 novembre pour vous prêter à l’expérience du co-voiturage dynamique ou é-covoiturage.

Moins centralisées mais tout aussi intéressantes sont les initiatives en cours dans les Hautes-Alpes. Dans le Champsaur, l’association Chemin de traverse tente l’expérience du covoiturage instantané. Moins technologique, plus système D, elle repose également sur des points de passages estampillés, un kit covoiturage et une charte de fonctionnement. Ce système nécessite 400 participants d’après les organisateurs pour être opérationnel. Chemin de traverse souhaite évidemment que son initiative s’étende et verrait bien le Conseil général prendre le relais à plus grande échelle. Pas d’engagements pour l’instant.

La ville de Gap travaille elle aussi sur la question en s’inspirant des actions menées par Aix-en-Provence. Des ateliers sont programmés et des permanences vont ouvrir à partir du 9 octobre dans les cinq centres sociaux.

Souhaitons bonne chance à l’ensemble de ces initiatives afin de compléter l’offre de transports en commun et diminuer le nombre de voitures sans passager sur les routes. On peut également imaginer que ces systèmes se développant, ils s’appliqueront de plus en plus aux loisirs sportifs.
Sources : article Ca roule pour le covoiturage, Le dauphiné Libéré, 20/09/10.

Diffuser cet article :


Partager