Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Gare au hérisson ...!

15 juin 2015

JPEG - 218.1 ko
Imaginez ces routes, certes déjà recouvertes de noir béton bitumineux, mais néanmoins étroites et paisibles serpentant au cœur d’une nature verdoyante, cordons ombilicaux reliant les villages entre eux. Routes fréquentées par les cyclistes dès l’arrivée des beaux jours, routes soutenant le passage d’une voiture de temps en temps — il faut bien vivre avec son temps —, mais routes que le hérisson peut, en principe, se permettre d’enjamber sans trop de risque.

Sauf une fois l’an depuis quelques temps car la fureur s’y déchaîne. Deux jours pendant lesquels les moteurs vrombissent, dégueulant leurs décibels, crachant leurs gaz d’échappement gorgés de dioxyde de carbone, faisant voler des flopées de gravillons dans des dérapages plus ou moins contrôlés tout en laissant d’infâmes traînées de gomme noire sur l’enrobé.

Un évènement en total paradoxe avec les enjeux du XXIe siècle

C’est ainsi que Lanchâtre Omni Sport organise un rallye automobile sur les routes du Trièves (« Rallye du Balcon Est du Vercors »), en plein cœur du Parc naturel régional du Vercors depuis trois ans. Pour la quatrième année consécutive, les 26 et 27 septembre 2015 — la communication est déjà prête — , ce rallye est en totale opposition avec la charte du Parc du Vercors dans laquelle les communes sont amenées « à privilégier les activités non motorisées » et à ne pas encourager les manifestations sportives motorisées. Le Parc s’est par ailleurs engagé dans le développement du tourisme doux en particulier sur le Balcon Est du Vercors ; il adhère également à la démarche éco-touristique de la Région Rhône-Alpes.

Notons également que ce rallye se tiendra à quelques mois de la conférence internationale de Paris sur le changement climatique (COP21) : une telle débauche d’énergie fossile pour le plaisir d’une poignée au détriment des populations des territoires traversés, qui sont fréquemment l’objet de pics de pollutions dus à la circulation automobile, est pour le moins incohérente.

Une organisation à l’encontre des principes démocratiques

C’est par ailleurs dans un déni démocratique que les éditions précédentes ont été organisées, dans une opacité et un manque de communication avec les populations locales. Mis à part les habitants de Miribel, commune organisatrice du rallye, les autres se positionnent à 71 % contre cette course (retrouvez l’Analyse des réponses au sondage du 1er Rallye du Balcon Est).
Une nature bafouée, une tranquillité livrée aux Mad Max de bazar, une démocratie douteuse, des centaines de kilogrammes de CO2 en guise d’épée de Damoclès, voilà le résultat !

Nos associations interpellent le préfet de l’Isère

Lors de la précédente édition, le préfet de l’Isère avait rendu un avis défavorable pour la tenue de cette manifestation anachronique, mais trop tard pour annuler son déroulement. Cette année, Mountain Wilderness et la Frapna ont pris le taureau par les cornes bien en amont pour le prévenir et lui demander de ne pas autoriser cette manifestation.

- Téléchargez le PDF - 1.2 Mo Courrier à l’attention du Préfet de l’Isère

Diffuser cet article :


Partager