Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait

5 déc. 2017

Par Fred Marat, Vice-Président de MW et coordinateur du démontage

JPEG - 212 ko
Crédits photos
Chantier de démontage
© Mairie de Chamonix

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ». Mark Twain

Ce titre peut paraitre démesuré sur le fond…et effectivement il ne s’applique pas outre mesure même si effectivement les travaux furent d’ampleur. Il s’applique néanmoins sur le fond, et comment !

22 Février 2013 dans une petite cuisine à Villaz… Christophe Dumarest qui nous accueille est remonté ; tout le monde en prend un peu pour son grade d’inaction et de passivité… les idées d’actions fusent… Étant toujours attentif à ceux qui proposent, ceux qui fréquentent les montagnes, une idée fait écho plus fortement à nos valeurs, nos combats… « Et si on démontait cette injure métallique à la wilderness située au col du midi à 3600 ». Cet amas que constitue l’ancien téléphérique et qui donne une piètre représentation de la haute montagne à tous ces alpinistes en quête de première course à travers l’arête des Cosmiques.

Cela nous parle, nous avons acquis (hélas) une bonne expérience du démontage des installations obsolètes… jamais cependant de cette ampleur ni à cette altitude… Ah… c’est quand même tentant, Christophe nous offre son carnet d’adresse et son aura… tentant… On discute… échafaude des plans… les acteurs et parties-prenantes seraient donc : MW, la compagnie du Mont-Blanc, la mairie de Chamonix voir la compagnie des guides Chamonix… Impossible de mener un projet commun avec l’ensemble de ces acteurs… Impossible ? Donc on fait !

L’excitation de l’impossible sera l’énergie de ce projet car les combats seront nombreux ou à défaut les discussions… 2 Conseils d’administration de MW eurent comme sujet notre positionnement sur porter un projet conjointement à la compagnie du Mont-Blanc… Notre stratégie s’oriente de plus en plus sur l’échange et la construction. C’était le moment de le prouver.

Nous avons tout de suite trouvé écho auprès de la compagnie de Mont-Blanc et de son PDG, Mathieu Dechavanne. Christophe aura usé de son côté son carnet d’adresse pour faire signer une lettre pour dénoncer l’existence de ces équipements obsolètes.
Tout le monde aura signé : FFCAM, FFME, SNGM, GHM, Compagnie des guides chamonix…

Une première réunion commune entre Mountain Wilderness, la mairie de Chamonix, la compagnie des guides de Chamonix et la compagnie du Mont-Blanc a lieu en septembre 2013. Une déclaration d’intention d’ouvrir ce dossier est envoyée à Eric Fournier, le maire de Chamonix, par notre président en décembre.

CHRONIQUE D’UN DÉMONTAGE

Mai 2014 : Les premiers devis sont établis. Le budget sera conséquent… L’ombre de l’impossible ressurgit… Les mois passent… les appels téléphoniques fusent… Les acteurs restent mobilisés.
Juin 2016 : Le budget est presque bouclé…
Janvier 2017 : Le budget est voté pour ce qui concerne la mairie de Chamonix qui enchaine avec un appel d’offre et se porte maitrise d’ouvrage…
Octobre 2017 : 20 jours de travaux conséquents dont la coupure électrique de l’aiguille du Midi pendant 5 jours… tout ne sera pas mené à son terme (il reste les blocs béton en face Nord), du fait des conditions climatiques… terme qui devrait aboutir au printemps 2018.

Réelle première que cette co-construction pour un objectif commun… Seul petit bémol identifié au départ d’ailleurs, la participation nécessaire d’acteurs du patrimoine pour aider à se poser les bonnes questions.

Cet « impossible » tant martelé et entendu pendant 4 ans, aura trouvé comme réponse systématique : l’opiniâtreté… valeur commun à pratiquement chaque projet Installations Obsolètes. Ce satisfecit ne doit désormais être que l’alibi d’enclencher une réflexion sur la mise en place d’une stratégie de gestion des Installations Obsolètes dans cette vallée du Mont-Blanc… A suivre… avant 4 ans !

JPEG - 68.9 ko

Diffuser cet article :


Partager