Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

« Ils pédalent pour une voie cyclable Tarbes-Bagnères »

19 juin 2018
JPEG - 153.1 ko
Crédits photos
© Osez le vélo

Samedi 26 mai dernier, les membres de l’association tarbaise Cyclomotivés et de son homologue bagnéraise Osez le vélo se sont à nouveau retrouvés à Arcizac-Adour avec l’objectif d’avancer sur un projet commun, celui de « promouvoir la prolongation du Caminadour afin d’offrir une circulation vélo sécurisée de Tarbes à Bagnères ». Un itinéraire très fréquenté par les cyclistes, pour rejoindre les cols mythiques pour les uns, pour se rendre au travail pour d’autres, tel Laurent. Ce Bagnérais n’ayant pas le permis de conduire effectue chaque année 16.000 km pour rejoindre son lieu de travail, au nord de Tarbes. « J’aimerais qu’on invite les élus pour une sortie vélo sur la RD8 ou RD935 pour montrer que c’est vrai qu’on risque notre vie », suggère-t-il.

« Le projet de cette voie cyclable est dans les tiroirs depuis des décennies et le moment semble enfin favorable », se réjouit Sylvain Ficher, d’Osez le vélo, évoquant une étude lancée par la communauté de communes de la Haute-Bigorre sur les mobilités douces. « Celle-ci ne s’arrêtera pas aux frontières du territoire, elle posera des perspectives pour une continuité cyclable jusqu’à Tarbes. Par ailleurs, le gouvernement a annoncé un plan Vélo et une loi de mobilité pour lutter notamment contre ces "déserts de mobilités" où la voiture individuelle représente la seule option pour se déplacer », poursuit-il, estimant même que les mobilités douces pourraient contribuer à attirer la génération des 20-30 ans sur la Haute-Bigorre.

Quant au tracé, Sylvain évoque plusieurs pistes. « Le plus agréable serait le long de l’Adour, éloigné de la circulation. Un autre itinéraire possible serait le long de la voie ferrée, qu’il faut préserver. C’est déjà un itinéraire de promenade apprécié. Il existe un projet routier sur la piste existante pour prolonger la RD8 d’Arcizac-Adour jusqu’au péage Tarbes-Est. Pour préserver l’usage "promenade", il convient que ce projet inclut aussi une voie verte. La voie cyclable peut trouver sa place en contrebas de la voie ferrée, comme le propose d’ailleurs le Schéma régional des véloroutes et voies vertes ». À suivre.

PLUS D’INFOS

- osez-le-velo@ntymail.com et tarbavelo65@gmail.com

Diffuser cet article :


Partager