Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Isère - Les tourbières du plateau Matheysin protégées

29 juin 2010

LaffreyL’arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB) est un outil de protection réglementaire prévu par la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature. Il est pris par le préfet de département pour, comme sont nom l’indique, préserver des biotopes ou toutes autres formations naturelles nécessaires à la survie (reproduction, alimentation et repos) d’espèces protégées (article L211-2 et R211-12 du Code Rural) et protéger des milieux contre des activités pouvant porter atteinte à leur équilibre biologique (article L211-2 et R211-14 du code Rural). En gros, il vise à préserver les espèces rares en protégeant leur milieu de vie.

Si de l’ordre de 600 arrêtés préfectoraux de protection de biotope couvrent plus de 300 000 ha du territoire national, certains départements sont assez pauvres en la matière. Ainsi et par exemple, la Savoie en compte 24 (dont 7 ont été pris en compensation d’aménagements lourds, carrières ou unités touristiques nouvelles), mais vient de se décider à mettre sur pied une véritable politique départementale en la matière, passant par la création d’une base de données d’APPB potentiels bien intégrés dans la trame verte et bleue.

En Isère, suite à une réflexion lancée en 2003 par la FRAPNA, la commission des sites prenait la décision de lancer un programme pour sauver les zones humides du département : les tourbière de plus de 1 ha devront être protégés par des APPB. En effet, ces milieux extrêmement important pour la biodiversité disparaissent : les surfaces occupées par les tourbières ont régressé de 85% depuis l’inventaire réalisé dans les années 1940 !
Cette décision de principe commence a porter ses fruits. Lors de la dernière réunion de la commission des site, ce ne sont pas moins de neuf zones humides pour lesquelles l’instruction arrive à son terme.
Situées sur le plateau Matheysin, entre les lacs de Laffrey et la Mure, ces neufs tourbières sont réparties sur sept communes, vont de 2,5 à 50 ha (pour une moyenne de 19 ha) et couvrent une superficie totale de 190 ha. L’instruction des dossiers s’est fait en bonne intelligence entre les services de l’État, les communes et le Conseil général de l’Isère, et a conduit à un vote unanime de la commission en faveur de la mise en œuvre de cette protection réglementaire. Vote auquel nous avons été heureux de participer.

Une belle manière de célébrer en Isère l’année internationale de la biodiversité !
_________________________________________
L’arrêté de protection de biotope sur le site de l’ATEN

Diffuser cet article :


Partager