Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

La beauté de la vacuité

8 oct. 2015

Il était une fois, une atteinte au paysage située au "Col du Mont Lachat", le long de la voie du Tramway du Mont-Blanc au sud du terminus du Nid d’Aigle.
Mais voici que le samedi 3 Octobre 2015, une petite assemblée de citoyens, d’élus, de journalistes et de représentants des associations et des entreprises s’est réunie pour célébrer l’espace libéré du site et marquer la fin de ses travaux de réhabilitation.

JPEG - 350.2 ko
Crédits photos
Évolution du démontage
© Mairie de Saint Gervais

Une longue histoire ...

Cette ancienne usine d’essais de moteurs d’avion fut édifiée en 1937 et elle mit fin à ses opérations en 1969. Elle fut par la suite vendue à la ville de Saint-Gervais en 1975. Au fil des années, le bâtiment n’a pas vu de nouvelles activités s’y installer, s’est fortement dégradé, et ne présentait aucun potentiel architectural ou historique. Mountain Wilderness et proMONT-Blanc avait alors identifié cet aménagement sans usage dans leur inventaire des installations obsolètes du Mont-Blanc en Janvier 2000 et ont milité depuis pour cette réhabilitation.

Une collaboration réussie !

Ce fut un lourd projet, qui aurait pu durer beaucoup plus longtemps que l’unique année pendant laquelle les travaux ont été exécutés. Cela n’aurait été possible sans l’excellente coordination de toutes les parties concernées. Tout cependant, n’a pas été facile, l’altitude, le site étant situé à 2 017 mètres, le manque de route d’accès et la nécessité de se conformer à une réglementation stricte sur l’amiante et le plomb ont été des défis difficiles. Environ 2260 m3 de béton et de matériaux divers ont été traités, les inertes ont été enterrés sur place pour combler l’excavation résultant de la démolition. Le reste a été évacué par le train, ce qui constitua un défi logistique pour le TMB, devant intercaler sur sa voie unique, le transport de matériel lourd aux trains touristiques. Le périmètre alentour, a lui aussi, bénéficié d’une cure de nettoyage et se trouve ainsi dépourvu de tous les déchets qui l’encombraient.

Sur le plan financier, selon le maire de Saint Gervais Jean Marc Peillex, l’opération a été "exemplaire" : le WWF a fourni 15000 € grâce au Pandathlon, le département a financé environ 80% du projet par la taxe pour milieux naturels sensibles et l’EMB :10 000 € . Asters a financé les graines et la CMB a fourni tous les moyens de transports.

Désormais, ce site naturel pourra retourner tranquillement à son état originel de pelouse alpine. Il faudra cependant attendre 3 à 4 ans pour atteindre ce stade. Environ 30 types de graines de plantes d’altitude ont été collectées et cultivées pour être finalement semées sur la couche de terre arable, couvrant le nouveau terrain composite de granit mélangé au calcaire de la construction.

- Lire le PDF - 2.8 Mo Dossier de presse de la Mairie de St Gervais

JPEG - 77.8 ko

Diffuser cet article :


Partager