Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Le Cervin menacé

20 déc. 2007

Mountain Wilderness a déjà exprimé son opposition à la construction d’une tour de 117 mètre de haut au sommet du Klein Matterhorn, notamment dans un communiqué de presse du 15 novembre 2006, signé Patrick Gabarrou, coordinateur international, et
Fausto de Stefani, garant et président de MW Italie. Le 24 décembre 2006,
Richard Goedeke, également garant de MW, exprimait son refus de cette “idée
idiote”.

Les raisons du refus par notre association de ce projet sont multiples, d’ordre à la fois
environnementales, éthiques et paysagères.

En matière d’environnement, la réalisation de cette tour va entraîner l’existence d’un chantier de construction dont on peut être sûr, à l’instar de ce qui s’est produit pour d’autres réalisations de ce type en haute montagne, que les déchets et résidus de tous ordres seront abandonnées sur le glacier le plus proche, avec la certitude de plusieurs décennies de pollution. Le fonctionnement lui-même de cette installation va nécessiter, par l’espace de haute altitude dans lequel il se situe, une importante consommation d’énergie, qui ne pourra que contribuer un peu plus à l’actuel réchauffement planétaire.

Enfin, les déchets de tous ordre générés par l’occupation humaine devront être évacués, et il est peu probable qu’on prenne la peine de les transporter par hélicoptère, alors que la nature toute proche pourra « gratuitement » les accueillir.

Le paysage connu dans le monde entier, avec le Cervin en toile de fond, va être
irrémédiablement détruit par le béton et l’acier. Et qui dire des Italiens tout proches, qui supporteront en permanence la vue de cette verrue architecturale, sans bénéficier d’aucune éventuelle retombée économique de ce projet ? Il serait temps que les gestionnaires du tourisme de Zermatt se rendent compte que l’environnement montagnard vierge dont ils bénéficient constitue la principale raison de l’attraction que la vallée exerce sur les visiteurs.

Enfin, alors que l’urbanisation croissante des pays, développés ou non, condamne
l’être humain a vivre dans un environnement toujours plus artificiel, nous demeurons plus que jamais convaincu de l’impérieuse nécessité de préserver, pour les hommes et femmes de notre temps, et ceux des générations futures, les derniers espaces naturels vierges de toute intervention humaine, où il soit encore possible de retrouver
le contact avec la wilderness originelle. Et le massif prestigieux du Cervin est un de ces endroits permettant, plus qu’ailleurs, de remettre l’homme à sa juste place dans le cosmos.

Pour toutes ces raisons, nous nous opposons fortement à la réalisation de projet.
Nous appelons tous les vrais amoureux de la montagne à rejoindre notre combat et nos actions contre cette nouvelle expression de la mégalomanie des aménageurs.

Diffuser cet article :


Partager