Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Le lobby des loisirs motorisés mobilisé contre la loi

16 nov. 2005

Grenoble, mercredi 16 novembre 2005

Mountain Wilderness France communique :

Le lobby des loisirs motorisés mobilisé contre la loi

Dans une circulaire en date du 6 septembre 2005, la Ministre de l’Écologie et du Développement durable, Nelly Olin, a appelé les Préfets et les Procureurs à « appliquer très fermement la réglementation » concernant l’usage des engins motorisés de loisirs, et en particulier des quads, dans les espaces naturels.
Nos associations se sont très publiquement félicitées de ce rappel à la loi. Dans un contexte d’explosion des pratiques des loisirs motorisés dans la nature, pratiques banalisées par la multiplication des salons, randonnées, foires (Val d’Isère, Croisière Blanche, Transvalquad,...), il était d’une grande importance de rappeler, comme l’a fait la Ministre, que « la circulation des véhicules terrestres à moteur dans les espaces naturels est, sauf exceptions, interdite par la loi », et que cette interdiction « participe à la préservation des espaces naturels, patrimoine commun de la Nation, qui, ainsi que le législateur et plus récemment le Constituant l’ont affirmé [...>, concourt à l’objectif de développement durable. »

Or voilà que les tenants de ces « loisirs verts », comme ils se dénomment eux mêmes, appellent leurs fidèles à manifester contre la circulaire Olin le 20 novembre prochain à Paris, Lyon et Toulouse.
Faut-il que les intérêts en jeu soient puissants, et le déficit de civisme chez les accrocs de loisirs motorisés singulièrement vivace, pour que le simple fait d’appeler au respect de la loi vaille à un Ministre, plus vigilant que ses prédécesseurs, une levée de pare-buffle et un concert de trompes d’une exceptionnelle virulence !

Tout à la fois respectueuses du droit de chacun à exprimer dans la légalité ses aspirations, fussent-elles les plus contestables, soucieuses de ne pas favoriser des situations propices à de vains affrontements, les associations de protection de la nature ont fait collectivement le choix de ne pas contre-manifester le 20 novembre. D’autant plus volontiers qu’à l’évidence une grande majorité de nos concitoyens ont, par les temps qui courent, d’autres chats à fouetter et plus urgentes préoccupations.

Puissent en ce dimanche d’automne quads, trials et 4x4 déserter en assez grand nombre nos chemins et nos alpages pour permettre à nos concitoyens de bénéficier de l’air pur et du silence - à pied, à cheval ou à vélo.
Les occasions se font de plus en plus rares.

Diffuser cet article :


Partager