Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Le racket de la raquette !

12 déc. 2005


Le 6 décembre 2005, l’Assemblée nationale a entériné une loi instaurant une redevance sur la pratique des sports « non motorisés » en montagne : en clair, la pratique de la raquette à neige devient payante, en tout cas sur les sites comportant « des aménagement spécifiques tels que le balisage ou des équipement d’accueil », et faisant l’objet « d’une maintenance régulière » (le damage).

Mountain Wilderness, à l’instar des fédérations de pratiquants de la montagne, a dénoncé ce texte. D’une part, l’esprit de la raquette, c’est de faire sa trace dans la neige et non pas d’aller sur des chemins damés payants. D’autre part, le risque est grand de voir toutes les communes de montagne se doter de barrières de péage, ou encore de voir l’instauration d’un péage sur les randonneurs estivaux. Après tout, ce sont le balisage et le damage des itinéraires qui justifient aujourd’hui la "redevance raquettes à neige" ; les sentiers de randonnées nécessitent eux-aussi balisage et entretien, et un entretien autrement lourd !

image

Mais surtout, pour justifier les péages, les communes vont devoir renouveler l’offre, tracer de plus en plus de pistes, au détriment d’espaces vierges, et dans la surenchère, elles vont peut-être un jour faire de l’enneigement artificiel et pourquoi pas éclairer les pistes la nuit ! On peut craindre en tout cas que certains pratiquants le réclament à terme : « on paye, on y a droit ! »

A l’occasion de l’année internationale des montagnes, en 2002, le Sénat faisait le bilan de la loi montagne. En conclusion de son audition remarquée, le directeur du Service d’étude et d’aménagement touristique de la montagne déplorait : « Un des principaux handicaps de la montagne est qu’elle est perçue comme étant une destination onéreuse, où chaque prestation est chèrement monnayée. Il est donc très important d’afficher du "non marchand". »
On voit qu’il a été entendu.

Diffuser cet article :


Partager