Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Les « Montagnes de France » en débat au Sénat

12 juin 2015

La montagne que l’on voit à Paris, c’est trop souvent, l’hiver venu, des affiches dans le métro nous vantant les mérites des nouveaux équipements inaugurés pour la saison par les stations de ski. Sachant que tous sont plus beaux que celui du voisin, et sont accessibles à des prix défiant toute concurrence !

Depuis le 21 mars dernier, et nous avions accompagné ce lancement avec notre opération "Passeurs de montagne" et un débat au Palais du Luxembourg sur l’avenir de la loi Montagne en mars dernier, l’exposition Montagnes de France donne une autre vision de la montagne, basée sur la diversité des massifs de notre pays. Dans le cadre de cette exposition photographique (qui est visible sur les grilles du jardin du Luxembourg jusqu’au 21 juillet prochain), ont été organisées les Rencontres Montagnes de France, les 4 et 5 juin au Sénat.

Deux journées de colloques ont réuni les meilleurs experts de la montagne en France : élus, sportifs de haut niveau, universitaires, juristes, experts du secours en montagne, chefs d’entreprise, écrivains, historiens… pour débattre et exposer leur vision de la montagne aujourd’hui. Mountain Wilderness était bien entendu de la partie.

Le jeudi 4 juin, les débats étaient placés sous le signe de la thématique « Une autre montagne s’invente ici ». Innovation, tourisme, agriculture, habiter la montagne, mais aussi ressources, changement climatique, patrimoine naturel à préserver, les sujets étaient nombreux ! L’on peut juger l’intérêt des interventions à l’aulne de ce qu’a pu dire Yves Paccalet (lire l’article "Ours, loups, parc de la Vanoise… : le coup de gueule d’Yves Paccalet").

Le vendredi 5 juin, c’est de l’expérience de la montagne, celle qui « donne du prix à la vie », dont il était question. Frédi Meignan, notre président, intervenait à la tribune.
Le matin, les échanges ont tourné autour du risque et de la responsabilité, avec les interventions d’officiers du PGHM, d’un procureur, mais aussi de Paul Petzl, dont la vie et celle de son entreprise est consacrée à « manager le risque ». On notera la différence d’approche, notamment judiciaire, selon que l’on parle des espaces totalement aménagés, balisés, sécurisés, « sans risques » —les domaines skiables―, ou que l’on a affaire à « la montagne, cet autre univers dans lequel on accepte de prendre des risques ». Les débats initialement très techniques, se sont vite orientés sur la passion et le « pourquoi on va prendre ces risques », le « pourquoi il faut les prendre » : « Souvent, les media présentent la montagne comme la démesure. C’est surtout l’école de la mesure, qui doit permettre de trouver l’équilibre entre les exigences de la société et les besoins des individus » selon la neurochirurgienne Anne-Laure Boch.

L’après-midi, des alpinistes sont venus parler de leur pratique. Christophe Dumarest, Stéphanie Bodet, François Damilano, Catherine Destivelle ont porté un message de communion avec le milieu et d’enchantement partagé avec leurs compagnon de cordée. Valérie Tauvron, directrice d’"En passant par la montagne" et Pierre Meriaux, élu "Montagne" de la ville de Grenoble ont dit l’importance d’ouvrir cette expérience de l’altitude aux jeunes, à tous les jeunes. Pour, dixit Frédi Meignan, « faire briller des joyaux dans leurs yeux". Parce que "contempler la beauté du monde, c’est un besoin ! »

JPEG - 126.7 ko
Crédits photos
Catherine Destivelle
© Laurent Bagnis - Montagnes de France

Diffuser cet article :


Partager