Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Lord Hunt of Llanfair Waterdine

9 janv. 2004

par Sir Chris Bonington, garant international
(traduction et adaptation : G.Privat)

JPEG - 11 koJohn Hunt, garant international de Mountain Wilderness, nous a quitté le samedi 7 novembre 1998, alors qu’il venait tous juste d’être ré-élu à ce poste qu’il occupait depuis les débuts de MW. Chris Bonington a rédigé à l’intention de Mountain Wilderness un hommage à cette grande figure de l’alpinisme anglais et international.

John Hunt a été surtout connu pour avoir dirigé l’expédition de 1953 à l’Everest, mais ce ne fut que le début d’une longue et remarquable carrière dans le Service Public, au cours de laquelle il apporta des contributions significatives et innovantes à la cause de la défense de l’environnement et à la société en général.

Né en 1910, il commença très tôt à grimper dans les Alpes, et, en service en Inde, il se livra à des explorations tous azimuts et réalisa des ascensions en style alpin dans la chaîne himalayenne.

Il fut pendant la guerre commandant d’une brigade sur le front italien, puis, en 1953, se présenta l’opportunité qui décida de son avenir. Il avait été à l’origine amené à participer à l’expédition à l’Everest en tant que responsable du camp de base, mais il apparut finalement mieux qualifié qu’Eric Shipton, qui avait conduit les reconnaissances [1], pour diriger l’expédition principale. Le colonel Hunt resta lui-même en dehors des discussions qui menèrent à ce changement dans les responsabilités. Son rôle fut difficile à assumer car l’équipe était entièrement dévouée à Shipton, mais, grâce à la qualité de son leadership et ses capacités d’organisateur, il réussit non seulement à conduire l’équipe au succès mais aussi à renforcer son unité [2], comme en témoigne le fait que cette heureuse équipe s’est retrouvée régulièrement depuis lors. John Hunt fut anobli en reconnaissance de ce succès.

En 1966 il devint membre de la chambre des Lords [3]., et en 1968 il fut nommé conseillé spécial du Premier ministre travailliste, Harold Wilson pendant la guerre civile au Nigeria.

Il fut président de l’Alpine Club, du British Mountaineering Council, et de la Royal Geographical Society, positions dans lesquelles il joua toujours un rôle important avec un dévouement constant.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, il fut président du "Council for National Parks", et fut toujours un ardent avocat des causes environnementales à la chambre des Lords. Il était, à la base, un internationaliste, initiant dans les années 50 des contacts avec les alpinistes russes. Il s’intéressa toujours activement à l’activité de Mountain Wilderness dans les Alpes et dans tous les massifs lointains.

Sur le plan personnel je peux dire qu’il a été pour moi un modèle, qu’il devint mon maître et aussi un excellent ami. Il fut président du comité de parrainage de l’expédition de 1975 à la face Sud-Ouest de l’Everest [4], et nous apporta un soutien considérable et des conseils précieux. Il resta toujours très accessible et attentionné, prêt à offrir son aide à tous ceux qui le sollicitaient. C’était un brillant orateur, à l’humour vif mais toujours bienveillant.

John Hunt fut un grand homme de son temps. Beaucoup d’entre nous le regretteront, mais surtout sa femme, Joy, et leurs quatre filles.

[1Shipton avait également été le leader de plusieurs des expéditions britanniques qui tentèrent l’ascension de l’Everest par le versant tibétain dans les années 30 (NdT).

[2comme l’a rappelé Edmund Hillary en lui rendant hommage, John Hunt sacrifia ses chances personnelles de réaliser le sommet pour assurer la victoire collective de l’équipe : il raccompagna lui-même du col sud vers les camps inférieurs les 2 hommes (Evans et Bourdillon) qui étaient redescendus très affaiblis du premier assaut jusqu’à 8760 m, laissant Hillary et Tenzing mener l’assaut final (NdT).

[3du fait de son accession à la dignité de life peer (pair à vie), avec le titre de baron

[4expédition au cours de laquelle Chris Bonington, Doug Scott et Dougal Haston trouvèrent enfin le passage clé de la fameuse bande rocheuse qui barre cette face (NdT).

Diffuser cet article :


Partager