Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Nuisances aériennes : ça suffit !

9 août 2006

Le 29 mai 2006 à Chambéry, à l’occasion du colloque « L’alpinisme aérien dans les Alpes du Nord » (sic !), nous avons distribué le texte ci-dessous aux participants. Il vous donnera quelques unes des raisons pour lesquelles Mountain Wilderness se mobilise (aussi !)contre les nuisances aériennes...

Il n’aura échappé à personne que les films de vues aériennes de montagne, les documentaires, sont toujours présentés sur fond de musique douce. Celle-ci invite le spectateur à méditer sur la magie des lieux survolés... Sublime !

La réalité est malheureusement tout autre. Un seul avion « sonorise » à lui seul toute une vallée, les parois des montagnes servant de caisse de résonance. Des massifs tel que celui du Mont-Blanc sont survolés en permanence par 2, 3, 4 avions. Certains d’entre eux n’hésitent pas se poser sur le Dôme du Goûter à quelques mètres des alpinistes. Un comble : la seule interdiction de survol pour le Mont-Blanc concerne seulement les parapentes en juillet et août !
À ce tourisme aérien se sont ajoutés ces dernières années les hélicoptères : survol panoramique du toit de l’Europe, récupération de skieurs en hors-piste, déplacement pour prendre un repas dans un refuge d’altitude, moyen de locomotion des plus fortunés... Promenade en montagne rime désormais avec bruit de moteurs.

Non l’alpinisme, la randonnée, la promenade ne se font pas à l’aide d’un moteur ! Donnons la parole à un connaisseur. Samivel déclarait : « Voici l’espace, voici l’air pur, voici le silence, le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves, (...) Ici commence la liberté, la liberté de se bien conduire. »
Dans de tels lieux, le bruit d’un moteur en montagne est aussi peu à sa place, aussi agressif pour l’amoureux de la montagne et de la nature que le serait un fast-food sur la Mer de glace ou dans un autre registre, la sonnerie d’un portable dans un concert classique, le passage d’une Mobylette sans pot d’échappement à une heure du matin.

Pour une cohérence législative
Les préoccupations environnementales sont de plus en plus présentes dans notre société. Se fait jour l’exigence de protection des zones qui, loin de la fureur des villes et des grands axes routiers permettent à chacun de se ressourcer. Ainsi Madame la ministre de l’Ecologie Nelly Ollin a récemment rappelé la loi dans une circulaire

soutient la campagne "Silence !" de
image

Diffuser cet article :


Partager