Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Quelles stratégies de gestion des écosystèmes et de leur biodiversité dans les Alpes ?

24 juin 2013
JPEG - 190.3 ko
Crédits photos
© Gonzalo OSSA

A l’occasion d’une randonnée en montagne, qui n’a jamais croisé une biche, suivi les dessertes d’un chantier d’exploitation de bois et lu un panneau expliquant le rôle de protection de la forêt contre les avalanches ? … Les écosystèmes alpins peuvent jouer de nombreux rôles pour nos sociétés, au travers des ressources qu’ils produisent, des fonctions écologiques qu’ils assurent et des espaces de liberté qu’ils nous offrent : c’est ce qu’on appelle les « services écosystémiques ».

En parallèle, ces mêmes écosystèmes sont aussi garants du haut niveau de biodiversité qu’abrite le massif des Alpes. Mais toutes les fonctions potentielles des écosystèmes ne peuvent pas s’exprimer pleinement partout : les choix de gestion des milieux favorisent certains services écosystémiques et déterminent un certain type de biodiversité à un endroit donné, en fonction des objectifs poursuivis sur ces milieux. A l’échelle du territoire, un projet de gestion intégrée peut ainsi viser à l’expression différenciée mais complémentaire des fonctionnalités des milieux naturels et de la biodiversité liée.

Dans un territoire fortement contraint par les conditions topographiques et climatiques, comment sont prises en compte les caractéristiques des milieux naturels dans la gestion des territoires et l’usage des terres ? Quels services écosystémiques sont considérés et favorisés par différents modes de gestion des milieux naturels, à l’échelle locale ou plus globale ?
A Grenoble, une équipe de chercheurs du Laboratoire d’Écologie Alpine (LECA - CNRS) s’intéresse à ces questions, au travers de différents projets centrés sur les Alpes françaises ou sur des zones spécifiques à l’intérieur du massif.

Dans le cadre du projet européen CONNECT par exemple (www.connect-biodiversa.eu), une réflexion est menée avec les acteurs du territoire afin d’identifier les interactions entre secteurs d’activité ou groupes d’acteurs en ce qui concerne les usages actuels des ressources et milieux naturels des Alpes.
Au début de l’année 2013, Mountain Wilderness ainsi qu’une quinzaine de représentants d’acteurs alpins (structures gouvernementales – associations de protection de la nature – industriels – gestionnaires d’espaces protégés …) se sont réunis pour un atelier de travail organisé par le LECA. Les intérêts variés des intervenants ont permis de discuter des principaux conflits et synergies entre les différents usages des écosystèmes, et de leurs conséquences sur la qualité des milieux.

L’enjeu de ces discussions est d’établir les relations d’influence entre les divers rôles d’un écosystème, et de déterminer quels sont les facteurs clé sur lesquels jouer pour les équilibrer. Il devient alors possible d’émettre un avis éclairé sur différents outils de régulation utilisés dans les Alpes pour concilier les usages des écosystèmes. A terme, une réflexion sera menée pour évaluer les impacts de différentes stratégies de gestion des territoires sur la capacité des milieux alpins à fournir certains services écosystémiques et à abriter une biodiversité riche et pérenne. Autrement dit, si l’on favorise la production de certains services écosystémiques, quelles sont les conséquences pour la biodiversité des Alpes et pour les autres rôles joués par les écosystèmes ? Inversement, quels services écosystémiques et/ou facettes de la biodiversité sont conservés ou ignorés par une gestion des territoires centrée sur la protection de certaines espèces phare pour la biodiversité alpine ?

La consultation des acteurs du territoire, dans leur variété d’intérêts et d’impacts, est primordiale à chaque étape du processus de recherche, car elle permet d’adapter à la réalité du terrain et à la complexité des interactions entre acteurs les relations établies sur la base des connaissances écologiques. Les résultats de ces travaux auront pour but d’éclairer les décisions de gouvernance et les choix d’aménagement, en proposant une lecture transversale des implications d’une stratégie de gestion sur les grands équilibres et principales fonctions des écosystèmes alpins. Affaire à suivre … !

Pour en savoir plus

- Emilie Crouzat, doctorante au LECA
- Sandra Lavorel, Directrice de recherche au LECA – CNRS, responsable de l’équipe FYSE « Fonctionnement, dYnamiques et Services des Ecosystèmes »

Diffuser cet article :


Partager