Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Retour sur la conférence de Mountain Wilderness : « En montagne comment allier plaisir et respect ? »

2 févr. 2018

JPEG - 206.3 ko

Le 30 janvier se tenait à Sciences Po Grenoble une conférence intitulée « En montagne comment allier plaisir et respect ? », organisée par Agir Alternatif, association étudiante de l’école active dans les domaines de la solidarité et de l’écologie.

A cette occasion, Frédi Meignan, gardien du refuge du Promontoire et président de Mountain Wilderness, est venu présenter l’association accompagné de Yann Borgnet, aspirant guide et secrétaire général adjoint. Ils ont pu soulever les questions liées à la transition touristique de nos territoires de montagne et interroger la pertinence des modèles à l’œuvre depuis presque un demi-siècle.

Les trois grandes campagnes menées par l’association ont été présentées par les intervenants et illustrées par des séquences vidéos afin de transmettre les valeurs de la structure.
Il a par exemple été rappelé l’importance de préserver l’indicible silence des montagnes et de mettre celles-ci à l’abri de la prolifération des loisirs motorisés et des survols non justifiés.
Les impacts des transports dans les vallées et les enjeux de mobilité ont également été abordés. Plus généralement, c’est l’urgence de repenser nos déplacements et nos loisirs et de les réintégrer au territoire, à ses reliefs et ses distances réelles. Frédi Meignan a appelé à développer, à l’échelle individuelle et collective, une approche auto-limitée et créative des déplacements en montagne centrée sur les savoirs-faire et les spécificités locales.
Enfin, la campagne « Installations obsolètes » qui vise à recenser puis démonter des installations à présent superflues (militaires, agricoles, économiques…), a été évoquée.

Le fil rouge qui a guidé les propos de Frédi Meignan et Yann Borgnet est la nécessité de questionner en profondeur les modèles qui guident notre rapport à la montagne. Les changements climatiques nous poussent à une réflexion sur l’essentiel dans ces territoires de montagne : quels liens, quelles ressources, quelles expériences souhaitons-nous vivre en altitude ? Comment faire en sorte que le développement de nos territoires ne s’oriente pas vers recherche consumériste et court-termiste qui nous éloigne encore davantage de nos besoins ?

Suite à cette présentation, le public a été invité à réagir pour échanger sur ces problématiques. La question de l’avenir des stations de ski, de leurs aménagements et de leurs investissements, a été au centre des débats. Loin de diaboliser les stations de ski, l’association invite à la réflexion et aux débats sur le modèle actuel de développement des stations de skis (canons à neige ; ski dôme ; perte de l’authenticité de chaque station etc.). D’autres thèmes ont également été abordés tels que la mobilité en montagne, la biodiversité et le tourisme dans les espaces protégés. Les questions ont été diverses et variées grâce à une audience réactive et intéressée : le débat en a été enrichie. Les intervenants ont ressenti de la part du public un intérêt manifeste et une réelle motivation à agir côte à côte pour concrétiser cette transition.

Diffuser cet article :


Partager