Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Salage des routes : un pas en arrière, deux pas en avant !

6 déc. 2010

deneigementCe qui aurait pu passer il y a encore peu, pour un « marronnier » dans toute la presse, lorsque que nous rentrons dans l’hiver, trouve cette année des avancées concrètes. En effet, plusieurs collectivités territoriales se sont clairement prononcées pour une réduction du salage des routes dès cet hiver. Il convient de rappeler que ce dossier est délicat dans la mesure où il touche à une notion de sécurité collective mais aussi à une certaine notion « de confort » liée à nos modes de déplacement et donc une possible remise en question…
Pour rappel, chaque année, la DDE (devenue Direction départementale des territoires) et les sociétés des autoroutes épandent environ un million de tonnes de sel sur nos routes. Outre l’impact économique non négligeable, le salage des routes ou plus exactement le ruissellement de la neige fondue et du sel a un impact environnemental non négligeable puisque le sel peut, entre autre, s’accumuler dans les feuilles des arbres et ainsi ralentir la photosynthèse, modifier suivant les dernières études les écosystèmes de nos lacs et rivières et bien entendu finir en très forte concentration dans nos nappes phréatiques. Depuis longtemps et dès 2005 sur notre site Internet, nous prenions position sur cette question (lire ici). Nous sommes aujourd’hui heureux de constater que les choses évoluent dans une voie qui nous parait plus raisonnable.

Pour la première année donc, un élan collectif regroupant Annemasse, Thonon-les-Bains, Annecy, Megève, la Communauté de communes Faucigny-Glières mais aussi l’association des maires de Haute-Savoie a rédigé une charte en cinq points destinée à réduire l’épandage de sel. Ces collectivités rejoignent ainsi la volonté affichée du Conseil général de Haute-Savoie de réduire de 25% ces épandages…

Toute une campagne de communication a déjà débutée auprès des automobilistes potentiellement concernés afin de les mettre en alerte sur le nécessaire équipement à posséder mais aussi et surtout sur la responsabilité au titre de la vigilance dans la conduite à assumer.
Au-delà de cette campagne, il conviendrait de mettre en avant les recommandations liées au fait de mutualiser au maximum les transports afin de limiter les coûts d’équipements (de nombreuses expériences de covoiturage à l’initiative des collectivités ont lieu actuellement ex : axe Grenoble / Lans-en-Vercors, Villard-de-Lans...), voir utiliser autant que possible les transports en commun, bien entendu équipés et dont le personnel doit au quotidien composer avec les conditions hivernales…

Saluons donc ces décisions courageuses au vu d’une possible impopularité et profitons en donc pour re-questionner nos modes de déplacements pour les rendre… plus doux.

Diffuser cet article :


Partager