Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Tarentaise - La protection du vallon du Clou sur la bonne voie

23 juin 2010

couvDossierClassementClouptLa commission des sites et paysages du département de la Savoie étudiait lors de sa réunion du mardi 22 juin 2010 le projet de classement du vallon du Clou.
Cette véritable vallée suspendue, située sur la commune de Sainte-Foy-en-Tarentaise, est perchée à 2200 mètres d’altitude. Outre ses paysages magnifiques -qui justifient à eux seuls la mise en place de cette protection-, elle offre aux visiteurs des curiosités géologiques et glaciaires, mais aussi une diversité faunistique et surtout végétale hors du commun. Le vallon du Clou héberge en effet une quinzaine d’espèces protégées de niveau national, dont l’Orchis nain des alpes, la plus petite orchidée sauvage de France.
Le vallon du Clou est un site à enjeu. La station de ski de Sainte-Foy a des velléités d’extension dans le secteur du lac du Clou, ce qui a conduit la commune à demander un aménagement du périmètre du classement pour permettre l’installation des pistes de ski et des remontées mécaniques. Le Préfet de massif des Alpes, lorsqu’il autorisait en janvier 2005 les derniers aménagements demandés pour la station, avait pourtant, sur recommandation de la Commission des unités touristiques nouvelles du Massif, arrêté le principe d’une protection forte de ce vallon. En févier 2009, le ministère en charge de l’environnement confirmait l’importance de lancer la procédure de classement, en précisant la nécessité "d’exclure tout nouvel aménagement (sportif ou touristique) susceptible de porter atteinte au paysage formé par le vallon".
C’est donc en toute logique qu’une enquête administrative, ouverte par un arrêté préfectoral du Préfet de la Savoie, s’est déroulée du 27 avril au 1er juin 2010, lançant ainsi la procédure de classement du site au titre des sites et des monuments naturels (articles L.341-1 et suivants du code de l’environnement).
Une très large majorité des avis exprimés demande le classement du site tel que prévu par le dossier, qui prévoit un périmètre cohérent inscrit à l’intérieur des lignes de crêtes délimitant le vallon, et intégrant le célèbre hameau du Monal (protégé, lui, depuis 1987) qui en est la porte d’entrée.
Mountain Wilderness France a bien évidemment donné un avis totalement favorable à la mise en place de cette protection sur l’ensemble du périmètre mis à l’enquête (Lire ici).
Après avoir entendu le rapporteur et le maire de la commune, les membres de la commission des sites se sont exprimés, à une large majorité, en faveur du classement du site dans l’intégralité du périmètre proposé.
La protection de ce vallon magnifique, véritable espace de respiration de la haute Tarentaise, est une excellente nouvelle ; MW s’en félicite.
Prochaines étapes : passage du dossier en Comité de Massif des Alpes en septembre prochain, puis devant la Commission nationale de protection de la nature en novembre, pour un classement définitif par décret en Conseil d’État à la fin de l’année 2010.
perimetreClassement

Diffuser cet article :


Partager