Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Tourisme et territoire dans le massif central

24 oct. 2013

JPEG - 137.1 koLe 14 octobre dernier s’est tenue à Clermont-Ferrand l’édition 2013 de GreenFrance, rendez-vous majeur sur le thème du tourisme durable spécialisé nature, rassemblant les acteurs touristiques de toutes les régions du Massif central.

À cette occasion, s’est déroulée la remise des prix du concours « Un autre tourisme s’invente ici » lancé par l’association des parcs naturels du massif central (IPAMAC) qui depuis 2000, regroupe les 10 Parcs naturels du Massif central. Le but de l’association est de participer à l’élaboration d’un projet territorial de développement durable. Parmi les actions menées, la reconnaissance d’initiatives et de réflexions novatrices.

Trois lauréats ont été couronnés par le concours, dans des catégories différentes :

- Objectif Loutres (Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin) 
Le promoteur d’Objectif Loutres a été le créateur du premier site pilote expérimental pour la cohabitation entre les exploitations piscicoles et la Loutre d’Europe ; acteur de nombreuses actions en faveur de l’espèce, il a créé une nouvelle activité “nature” liée à l’accueil de photographes animaliers.

- Le Jardin des Sambucs (Parc national des Cévennes)
Signataire de la Charte Européenne du Tourisme Durable dans les Espaces Protégés, le Jardin des Sambucs propose un jardin nature remarquable avec toutes les applications associées (potagers en gestion écologique et économique, sensibilisation à l’écosystème, accueil de la faune au jardin, étude avec le Parc national des Cévennes de l’impact de plantes envahissantes …).

- Alta Terra (Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne)
Restaurée dans le respect de l’architecture locale et des matériaux proches de la nature, cette maison d’hôtes se fait le promoteur de véritables séjours « au vert ». Une exposition photographique atteste du souci de conserver une vie rurale riche et de la volonté de développer les échanges entre locaux et visiteurs de passage.

Le Massif Central, terre d’un autre tourisme, tourné vers une "montagne à vivre" ? On ne peut plus en douter !

Diffuser cet article :


Partager