Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Un député écrit à MW

8 mars 2005

Par Hugues Thiébault
(Article paru dans la revue n°62 – Hiver 2005 de Mountain Wilderness)

M. Michel Bouvard, député de la Savoie, nous a adressé, à la suite de la parution de notre dossier « La quête de l’or blanc », une intéressante lettre, dans laquelle il nous fait part de ses réactions. Vous trouverez un lien vers ce courrier in extenso en bas de la page, ainsi qu’un lien vers la réponse que nous lui avons fait. Voici la teneur de cet échange.

Tout d’abord, M. Bouvard réaffirme « l’attachement des élus, très critiqués dans cet article, à la préservation du capital naturel de la montagne et à l’authenticité des paysages et des modes de vie ». Il s’empresse d’ajouter « (celui-ci) n’est possible que si les communes bénéficient des ressources que nécessite cette préservation et que si la population bénéficie des emplois nécessaires à son maintien sur place . »
Comme nous l’avons toujours remarqué, la préservation de l’environnement ne passe, chez les élus, qu’en seconde position après les intérêts économiques, qui lui sont, malheureusement, la plupart du temps, antagonistes. On en a encore eu une preuve récente avec la demande, couronnée de succès, de M. Bouvard, de faire retirer la Convention alpine de la liste des traités ratifiés par la France, au motif que cela empêcherait la construction de l’A51 (au grand dam des entreprises de Travaux Publics).

M. Bouvard critique ensuite notre présentation du budget du Conseil général de Savoie. S’il est vrai, et nous lui accordons volontiers ce point, qu’ « on ne peut (...) juger des priorités d’une collectivité locale sur un simple budget supplémentaire (...) en ignorant le budget principal », il n’en demeure pas moins que l’investissement du Conseil général de Savoie dans l’accès aux stations de ski reste une priorité importante du département (Lire La Savoie confirme la priorité de l’accès routier aux stations).

Le député de Savoie s’en prend ensuite à nos critiques contre les extensions de stations, dans le cadre des mesures de défiscalisation des Zones de Revitalisation Rurales. « On ne peut constater les pertes des petites stations et critiquer [...> les mesures comme la défiscalisation en zone de revitalisation rurale pour l’immobilier de loisir ». Mais il ne peut ignorer que la très grande majorité des investissements bénéficiant de ces mesures s’effectue dans les grandes stations comme Valloire, qui, comme il le reconnaît « sont parfaitement profitables », et non dans les petites qui sont en difficulté financière.

L’élu de Maurienne défend la position des représentants des communes qui se sont opposés au classement du massif de l’Etendard. Selon lui, ils « respectent scrupuleusement tout l’accord intervenu pour ce classement lors de la délivrance de l’UTN de l’Ouillon, après arbitrage du Premier Ministre ». Si se prononcer de façon défavorable au classement est la façon de tenir ses promesses, cela est inquiétant pour le crédit que les associations de protection de la nature pourront accorder à la parole des élus, pour d’autres négociations, en cours ou à venir.

Terminons sur une note positive. Même si nos positions sont souvent fort éloignées de celles de M. Bouvard, il s’agit d’un pas en avant vers un dialogue que nous appelons de nos vœux, avec tous ceux qui ont en charge l’avenir politique des communautés de montagne, dialogue dans lequel, sans renier nos principes fondateurs, nous sommes prêts à discuter, sans exclusive ni anathème, de tous les sujets concernant le devenir de nos montagnes.

image

La quête de l’or blanc, dossier de la revue 61 de MW
Le courrier du député Bouvard
La réponse de MW

Diffuser cet article :


Partager