Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Un état des lieux dressé pour le Gouffre Berger

3 juin 2009

Les 27 et 28 septembre 2008, cinq personnes sont descendues au fond du Gouffre Berger (Vercors), à une profondeur de - 1 122 mètres. Leur objectif : estimer les quantités de déchets entreposées dans cette cavité fréquentée afin d’évaluer la pertinence d’une opération de nettoyage.

{{}}
Le Gouffre Berger est un site de renommée internationale dans le monde de la spéléologie grâce à la beauté des lieux et à l’histoire de son exploration. Cette reconnaissance lui vaut d’être très parcouru ce qui, comme on le constate également avec d’autres activités de plein air, s’accompagne malheureusement de l’abandon de quantités importantes de déchets. Si les comportements ont beaucoup évolué ces dernières années, les cavités « historiques » comme le Gouffre Berger recèlent une quantité importante de vestiges peu gratifiants abandonnés depuis les premières explorations dans les années 1950 : boîtes de conserve, emballages divers, matériel technique, carbure des lampes à acétylène...
C’est de ce constat qu’est née l’idée d’aller parcourir cet itinéraire avec pour objectif de dresser un état des lieux. Ainsi, à l’initiative de Breffni BOLZE, membre actif de Mountain Wilderness, une équipe de trois montagnards a engagé deux guides sensibilisés à ce problème pour aller au fond du gouffre.
Cette expédition de reconnaissance constitue aussi une petite « première » puisque qu’aucun « client » n’avait été auparavant amené par des guides à une telle profondeur (-1 122 m).
Le rapport de mission (à télécharger ici ) fait ressortir un constat assez noir : plus d’une tonne de déchets est enfouie dans le gouffre.

Les cinq membres de l’expédition
Breffni BOLZE, ingénieur environnement chez VICAT, est déjà organisateur de plusieurs nettoyages en milieux extrêmes :
Expéditions de nettoyage du Dhaulagiri (8 167 m, Népal) en 2001-2002-2003, de l’Ile de Clipperton en 2005 et de l’Aconcagua (6 962 m, Argentine) en 2008.
Philippe GOITSCHEL, multi recordman du kilomètre lancé (250 km/h), a participé à plusieurs expéditions de nettoyage : nettoyage du Dhaulagiri (8 167 m, Népal) en 2007 et de l’Aconcagua (6 962 m, Argentine) en 2008.
Vincent VACHETTE a participé aux expéditions de nettoyage du Dhaulagiri (8 167 m, Népal) en 2003 et de l’Ile de Clipperton en 2005. Par ailleurs, il est navigateur et a couru la Solitaire du Figaro en 2004 et 2006.
Leurs guides, Lionel REVIL et Barnabé FOURGOUS, possèdent tous deux le Brevet d’Etat de spéléologie et de canyoning, et sont Conseillers techniques du Préfet de l’Isère pour le secours spéléo.

Contact presse : Aurélien DAUTREY - - ad@mountainwilderness.fr
Contact projet : Breffni BOLZE - +33 4 74 18 15 63
Contact guides : Lionel REVIL - -Bureau des Moniteurs du Vercors - - bdm@speleo-canyon.com

Diffuser cet article :


Partager