Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Une antenne de téléphonie mobile de 16 m de haut au col du Lautaret ?

18 févr. 2011

MeijedepuisLautaretNous avons été avertis d’un projet d’installation d’une antenne de téléphonie mobile au col du Lautaret, à proximité du hangar des engins de déneigement.
D’après les informations en notre possession, ce pylône sera visible de très loin et défigurera grandement les paysages du col, qui rappelons le, sont inscrits depuis 1938, et jouxtent la zone cœur du Parc national des Écrins et la Réserve naturelle du Combeynot. L’implantation envisagée pour cette antenne se situe également à seulement quelques dizaines de mètres du site classé du jardin alpin. Se permettre de créer un tel impact alors que des travaux importants ont libéré les paysages du col des lignes électriques qui les traversaient, nous semble proprement aberrant. Des travaux seront, toujours à notre connaissance, bientôt fait pour enterrer la ligne électrique Briançonnais-Maurienne, éliminant ainsi un autre point noir dans le paysage du secteur Lautaret/Galibier.
De gros efforts sont fait pour améliorer les abords du col, n’y rajoutons pas d’éléments superflus.
Superflus en effet car, toujours selon nos informations, ce relais ne permettrait pas de couvrir la seule zone blanche du secteur (col d’Arsine). Ainsi, sans même avoir a entrer dans le débat sur la sécurité liée aux nouveaux appareils de télécommunication, Mountain Wilderness a d’ores et déjà pu fait part au maire de Villar d’Arène de son opposition affirmée au projet.
D’aucuns pourront dire que le hangar de la DDE faisant déjà verrue, l’antenne n’ajoutera pas beaucoup de dommage. Bien au contraire, nous répondons qu’il faut refuser l’implantation de cette antenne, et profiter du débat créé par ce projet pour réfléchir à l’amélioration esthétique de certains des bâtiments présents sur le col. Nul doute que le Parc national des Écrins pourra participer à cette réflexion. Nul doute également que le Comité de Massif des Alpes ne saurait rester insensible à un programme de requalification du col ; ses membres seraient tout à fait à même de flécher une partie des fonds qu’ils gèrent dans un tel programme. Nous serions pour notre part prêts à soutenir une démarche en ce sens.

Diffuser cet article :


Partager