Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

VIA ALPINA - L’Envers du Chemin

25 mars 2016

JPEG - 152.1 ko

Cet été, seul et en autonomie partielle, Matthieu Chambaud va suivre l’itinéraire rouge de la Via Alpina pendant 4 mois et relier Trieste à Monaco en parcourant près de 2500 km à travers 8 pays. Cette aventure c’est aussi la volonté de faire connaître les pouvoirs secrets de la randonnée en montagne à travers le tournage d’un documentaire. Car au-delà du défi physique, Matthieu insiste sur le fait que ce voyage est avant tout une marche au long cours en montagne et un temps de liberté pour entrevoir la vie d’une autre manière.

La note du réalisateur

" Dans une société de plus en plus stressante, nombreux sont ceux qui ont besoin de faire une pause et de prendre un peu de recul par rapport à leur vie quotidienne. Certains partent en vacances au bout du monde, d’autres changent de métier, et puis il y a ceux qui se décident à marcher sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Si le pèlerinage de St Jacques de Compostelle est devenu un grand classique pour ce genre d’aventure, la traversée des massifs alpins reste plus confidentielle. La montagne, avec son isolement plus important, le degré d’engagement qu’elle implique et son aspect naturel et sauvage plonge le randonneur dans une toute autre dimension. 
Au fil des témoignages des randonneurs rencontrés sur le chemin et des anecdotes du quotidien, c’est tout un univers qui se dévoile. On découvre que loin d’être simplement une activité physique dans un décor de rêve, la randonnée itinérante en montagne est un catalyseur qui déclenche des transformations profondes.

Au-delà de la randonnée en montagne, ce documentaire questionne notre relation au temps, aux choses matérielles et à notre place dans l’environnement. Se donner le temps et se mettre en mouvement, c’est permettre de mieux se connaître soi-même, dans sa relation à son corps, dans sa relation aux autres, dans sa relation à la vie. "

Une philosophie de voyage

Pour vivre l’expérience profonde d’une reconnexion avec la nature et limiter au maximum l’empreinte du projet sur l’environnement, certaines règles seront respectées pendant le voyage :

  • Transport : aucun véhicule motorisé ne sera utilisé pendant le voyage et le point de départ et d’arrivée seront reliés en mobilité douce (train). 
  • Télécommunication : Matthieu aura uniquement un téléphone portable permettant d’appeler les secours – aucune connexion Internet ne sera réalisée pendant les 4 mois.
  • Nourriture : la cueillette de plantes sauvages [1] sera réalisée pour agrémenter la nourriture achetée dans les épiceries locales. 
  • Hébergement & cuisine : les nuitées seront principalement sous tente et la cuisine faite à l’aide d’un réchaud à bois à chaque fois que cela est possible, afin de limiter la dépendance aux énergies fossiles.
  • Hygiène : utilisation de savon neutre, respect des distances pour ne pas perturber la qualité de l’eau.

Enfin, si l’objectif initial est de relier Trieste à Monaco, ce sont bien les expériences vécues pendant ces 4 mois sur les chemins de montagne qui sont l’essence du projet. Matthieu explique que « Courir après une destination avec une date donnée prive le randonneur au long cours de cette liberté si rare qui s’offre à lui : le temps ».

- En savoir plus sur le projet : www.via-alpinaldc.weebly.com

[1la cueillette de plantes sauvages et l’utilisation de feu seront effectuées de manière responsables hors des espaces sensibles et protégés.

Diffuser cet article :


Partager