Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Vialpe.be : le récit de 3 mois de marche pour traverser les Alpes en famille

1er sept. 2011

{}
Par Anne Versailles et Geoffroy De Schutter

« Quand on s’arrête, on ne sait plus quoi faire de ses jambes... ». Ainsi s’expriment Jephan (13 ans) et Niels (10 ans) après leurs 3 mois de traversée des Alpes. Partis en train de Bruxelles le 20 Juin, au lendemain du dernier examen, nous étions de retour le 20 septembre, toujours en train.
Deux parents, deux enfants et une chienne malamute : 5 sacs à dos pour 12 pattes. Douze pattes pour 3 mois de randonnée, de l’Adriatique à la Méditerranée, à travers toutes les Alpes. Trois mois pour 12 massifs, des Triglav Slovènes à Menton. Trois mois de col en col ; chaque jour à monter, descendre, monter encore puis monter, enfin, la tente. Autant de semaines en autonomie. Trois mois à porter son sac et à s’alléger le sac, le corps, la tête, la vie...
randoweb3
Jamais Jephan et Niels n’ont voulu déposer le sac. Pas plus qu’Ushka la chienne. Pour nous, les vieux, la première quinzaine fut douloureuse. Ne nous restait que l’option de rajeunir.
Les gens nous souhaitaient « bon courage ! »... Pourtant, nous avions le sentiment que le courage était pour eux. Eux qui vivaient l’extra de la randonnée quelques jours avant de s’en retourner. Pour nous, la traversée de ces espaces était devenue notre quotidien. Basculer d’une vallée à l’autre, d’une rencontre à l’autre, devenait un mode de vie.
 
Vers la fin, ils nous disaient « Vous allez retourner à la "vraie" vie ». Qu’est la "vraie" vie ? N’est-il pas plus "vrai", le soir venu, de chercher son eau pour vivre, boire et cuire ses aliments ? N’est-il pas plus "artificiel" d’être coincé dans une tonne de ferraille, elle-même coincée au milieu de tant d’autres tonnes de ferraille ?
Nous gardons le sentiment d’avoir touché au "vrai", à "l’essence" de nos vies.
Ce sentiment nous porte encore aujourd’hui, un an plus tard. Alors on essaye de transmettre, un peu, de ce sentiment-là. Chaque deux jours, Geoffroy envoie une photo à Anne qui l’illustre d’un texte.
> Pour en savoir plus sur cette belle aventure, rendez-vous sur www.vialpe.be

Diffuser cet article :


Partager