Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Voies ouvertes à la circulation publique et loisirs motorisés

23 sept. 2011

MotoGRLa loi du 3 janvier 1991, dite « loi Lalonde » est claire : elle interdit la circulation motorisées dans la nature. En fait, la Loi pose un principe général d’interdiction des pratiques motorisées hors des voies ouverte à la circulation publique, applicable à l’ensemble des véhicules à moteur. Circulaires ministérielles et jurisprudence ont régulièrement confirmé ce principe général d’interdiction.
Cela fait plusieurs années que la notion d’ouverture à la circulation publique fait débat. Elle fait débat car on confond « ouverture à la circulation publique » et « ouverture à la circulation publique motorisée ».
En effet, il existe des voies ouvertes à la circulation publique depuis le temps des Romains, des Rois de France et de Napoléon. Elles sont cadastrée depuis longtemps, et peuvent, pour certaines, être restées à l’état de sente, avoir disparues (recouvertes de végétation), ou encore avoir été transformées en autoroute !
Les pratiquants de 4x4, motos et autres quads défendent la position suivante : puisque leur engins sont capables de circuler sur ces voies, elles leurs sont librement ouvertes.
Cette logique qui pourrait paraître implacable est pourtant fausse, car il faut introduire ici la notion de carrossabilité : une voie ne saurait être ouverte à la circulation publique motorisée que si elle est ouverte à TOUS les publics, sans avoir pour cela recours à un engin spécifiquement conçu pour rouler en tout terrain. La Cour de cassation l’a acté en 2007, dans son arrêt du 24 avril.
Cela a été ré-affirmé par le gouvernement à l’occasion d’une question portée par le député Yves Jégo : pour être empruntable par un véhicule motorisée autre que professionnel, une voie doit être ouverte à la circulation publique ET carrossable, l’ouverture à la circulation publique ne présupposant pas que ce soit en véhicule à moteur. La voie peut très bien être ouverte à la circulation publique des piétons, des chevaux, des vélos... sans être carrossable. « Voie ouverte au public » est donc bien loin de signifier systématiquement "route praticable par des engins motorisés". CQFD.
 

Diffuser cet article :


Partager