Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Quelle durabilité pour les voyages lointains ?

20 août 2007

Nous avons abordé dans le dossier sur le tourisme doux en montagne (revue MW 72) quasi exclusivement le tourisme dans les massifs français, que l’on pourrait appeler de proximité. Qu’en est-il des expéditions ou treks très appréciés par les montagnards ?

Deux différences essentielles existent entre les montagnes européennes, relativement accessibles pour nous autres français, et celles du reste du monde. D’une part, il est possible pour y aller de prendre sa voiture ou mieux des transports en commun peu polluants. Les massifs de l’Himalaya ou d’Amériques, ne sont quant à eux accessibles que par la voie des airs, engendrant de très fortes émissions de polluant.
D’autre part les pays visités ont bien souvent un niveau de vie bien différent du nôtre. La confrontation de cultures peut provoquer des ravages : je ne vous donnerais que l’exemple des sacs plastiques qui décorent actuellement la quasi-totalité des arbres de la planète et ce, sur tous les continents. Cet exemple visible n’est pas forcément celui qui a le plus d’impact mais il est révélateur des effets possibles d’autres problèmes.

Que faire ?
Il n’est pas indispensable de se priver de voyages lointains.
Concernant le voyage en avion, peu d’amélioration sont possibles. L’alternative est de limiter fortement le nombre de trajet. Ne pas se positionner dans une logique de « faire » le Népal, de « faire » les Andes, mais bien de prendre le temps de choisir un massif et de le découvrir au maximum, dans la profondeur de ses vallée et de ses habitants. Il est donc raisonnable de profiter au maximum d’un vol en restant longtemps dans les contrés visitées.

L’économie engendrée par ce tourisme a une grande importance dans les sociétés traversées. Cet apport d’argent dans des lieux isolés peut être un complément important pour les populations locales. Il faudra cependant bien veiller à ce qu’une part importante de l’argent reste sur place. Pour cela le choix de l’agence, des guides locaux, des sherpas, des porteurs ainsi que l’attention qui leur est portée à une très grande importance. Lors de la préparation d’un voyage, il est des choses sur lesquelles il ne vaut pas la peine d’économiser lorsque l’on connaît le niveau des salaires des locaux (les bénéfices sont d’ailleurs bien négligeables). Le voyageur respectueux évitera aussi de partir en haute saison afin de limiter les pics de fréquentations difficiles à gérer pour les locaux mais permettant d’allonger leur période d’activité.

Enfin, si le contact entre cultures peut être destructeur, il peut aussi amener des prises de conscience et une ouverture d’esprit bien utile à nos sociétés modernes. La faiblesse du confort, la chaleur de l’accueil permettent de réaliser que le bonheur n’est pas forcément dans le matérialisme. Ainsi, une fois de retour les voyageurs seront peut-être un peu plus enclins à prendre le temps, à consommer localement, à découvrir les montagnes européennes avec autant de plaisir que les reliefs plus lointains.

Ailleurs aussi le tourisme peut être doux
Dans la vallée de la Markha, au Ladakh, Quelques habitants locaux ont bien compris les risques et les avantages possible du tourisme sur leur territoire. Après avoir organisé le prélèvement d’indemnités en accueillant les campements de trekkeurs, ils se sont orientés vers de l’accueil chez l’habitant.

Ils se sont alors constitués en association « Association for conservation and development Hemis National Park », laquelle reçoit un soutien financier de l’association française « Niyamdu Dro » (marchons ensemble) elle-même soutenue par l’association Rhône Tibet.
La mise en place de l’accueil chez l’habitant permet aux étrangers de vivre de près la culture tibétaine, et aux locaux de préserver leurs ressources en fourrages, de réduire les impacts environnementaux et de profiter d’apports pécuniaires importants. Sur les 27 villages de la vallée 12 ont la possibilité d’accueillir des visiteurs.

- Plus d’info : Niyamdu Dro – 189 rue Jules Pellaudin – 01500 Amberieu en Bugey

Diffuser cet article :


Partager