Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Grand domaine skiable des Pyrénées orientale : manif’ réussie !

9 juin 2016
JPEG - 167.9 ko
Crédits photos
© Louis THOUVENOT

Plus de 300 personnes se sont élancées, le dimanche 5 juin 2016, sur les sentiers entre le lac de Balcère et les paturages de Ganyades, pour dire « un grand "NON !" au projet de grand domaine skiable 66 ».

En tête de cortège : Christian Blanc, l’ancien maire des Angles, et Antoine Glory, porteur du drapeau bleu de Mountain Wilderness. Tous deux pilotent le collectif s’opposant à la grande liaison inter-stations imaginée par les édiles de Font-Romeu, Bolquère-Pyrénées 2000, Les Angles et Formiguères, en contradiction flagrante avec la charte du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes que ces élus ont pourtant signée.

Agnès Langevine, la 3e vice-présidente de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées en charge de la transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l’économie circulaire et des déchets, est venu témoigner son opposition à ce qu’elle a qualifié d’ « aberration environnementale, climatique, économique, touristique et démocratique. Un projet non compatible avec la charte du Parc naturel régional Pyrénées catalanes et qui aurait des impacts irréversibles sur la biodiversité de ces sites classés. »
Le collectif, qui regroupe maintenant une trentaine d’associations de protection de l’environnement, mais aussi de pratiquants de la montagne et des professionnels du tourisme, a également reçu le soutien de José Bové, pour qui « ce futur "Notre Dame des Neiges" est une aberration économique, financière et écologique. Celles et ceux qui se dressent aujourd’hui contre ce projet jettent les bases d’un développement harmonieux de la montagne basé sur le ski et les loisirs, mais également sur le pastoralisme, la forêt et un tourisme de qualité et de découverte. Le contraire des usines à neiges et à pognon qui ne profitent qu’à une minorité. » (lire le soutien de José Bové au Collectif).

Alors que les scénarii climatiques prévoient d’ici 2020 (dans 4 ans seulement !) une réduction de la hauteur de neige de 35% et de la durée d’enneigement de 25% sur les Pyrénées, cette stratégie de fuite en avant constitue pour cet espace géographique de très haute qualité environnementale (PNR, sites classés, Natura 2000, ZNIEFF, forêt patrimoniale…) une menace écologique majeure avec la destruction ou la perturbation des derniers espaces naturels, merveilleux paysages modelés au fil des siècles par la dynamique naturelle et le pastoralisme et jusqu’à présent sauvegardés de l’emprise déjà tentaculaire des équipements touristiques de masse.

Le mot de la fin à Louis, ancien forestier et adhérent de MW  : « Je veux défendre un paysage que l’on veut saccager. Pourquoi développer du ski industriel, alors qu’il y a tant d’autres choses à faire ».

Diffuser cet article :


Partager