Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Vers une transition du tourisme dans les Alpes

19 juin 2018

JPEG - 184.4 ko

Les 25 et 26 mai 2018 se tenait, à Bled, en Slovénie, une conférence co-organisée par CIPRA International, CIPRA Slovénie et le Réseau de communes « Alliance dans les Alpes » intitulée « Tourisme alpin – qualité de vie incluse ! ». Alice et Maximilien, en service civique chez MW ont participé à cet événement et nous offrent un retour sur leur expérience.

BLED COMME SYMBOLE DU TOURISME DANS LES ALPES

Dès notre arrivée, nous comprenons que le lieu pour accueillir cette conférence n’a pas été choisi au hasard. Les agences réceptives, locations de gîtes succèdent aux hôtels et autres restaurants : l’empreinte du tourisme est très forte dans cette petite ville slovène. De 8000 habitants en basse saison, elle voit sa population doubler lorsque les beaux jours magnifient son lac et ses paysages environnants. Bled semble donc cristalliser les enjeux relatifs au tourisme dans les Alpes et se révélait être un endroit pertinent pour accueillir ce type de conférence.

UNE THÉMATIQUE AUX ENJEUX TRANSVERSAUX

Nous avons eu la chance de participer à cette conférence grâce au programme européen Living labs permettant à quatre jeunes issus de chaque pays alpins de se réunir afin d’échanger sur ces thématiques. Le fil conducteur de ce programme étant l’engagement fort des participants sur le développement durable dans les Alpes au niveau local, national et international. L’objectif est de développer les opportunités d’emplois et l’attractivité du massif pour la jeunesse. Par une approche participative et coopérative, les participants auront l’occasion d’échanger à nouveau lors de la conférence internationale de 2019, entre temps, chaque délégation se doit de développer des projets à l’échelle nationale.

Dans un contexte où le nombre de voyageurs et voyageuses augmente chaque année, le territoire des Alpes n’échappe pas à la pression touristique. De plus, 75% des émissions de CO2 des touristes sont provoqués par leurs déplacements, ainsi, c’est la qualité de l’air dans les Alpes qui est aussi très fortement impactée : nous connaissons bien en France le cas de la vallée de l’Arve par exemple.
Le prisme choisi par la conférence ne portait pas uniquement sur les lieux touristiques mais aussi les populations locales. Ainsi se pose l’enjeu de l’amélioration des qualités de vie dans ces territoires touristiques. Semble-t-il pertinent de vouloir lutter contre la saisonnalité qui n’offre pas de solution d’emploi à l’année pour les locaux mais qui permet, à l’entre-saisons, de laisser un temps de respiration aux populations locales ? Quoi qu’il en soit, la volonté affichée est de travailler en collaboration forte avec les populations locales et de nombreuses interventions ont été menées par des personnes menant des projets à l’échelle locale et en ont fait la démonstration.

D’autres thématiques comme la protection de nature, de développement de l’économie locale, de mobilité ont aussi été traitées.
Des sujets donc complexes, ne pouvant évidemment pas être résolus lors d’une seule conférence mais qui laisse envisager de longues années de réflexions, essais, tests pour pouvoir, au mieux, traiter ces enjeux.

MOUNTAIN WILDERNESS & LA QUESTION DU TOURISME EN TRANSITION

La question du tourisme en montagne est un enjeu très important pour Mountain Wilderness. En effet, il est tout d’abord lié aux campagnes historiques de l’association. Changer d’approche traite de la mobilité et l’écotourisme en montagne permettant à des gens de vivre en montagne et d’en vivre, Installations obsolètes vise à nettoyer les montagnes d’installations n’ayant plus d’utilité et pouvant être dangereuses (notamment touristiques), enfin, la campagne Silence ! vise à lutter contre les loisirs motorisés en montagne.

Mais ce n’est pas tout, depuis quelques années, la question du tourisme en transition est un nouvel axe important de notre structure. Ainsi, Le projet de Mountain Wilderness est d’accompagner une transition vers un tourisme doux, ancré dans les territoires et porteur d’une « montagne de sens », de passion et de savoir-faire. A l’appui, des chiffres significatifs pour symboliser les déséquilibres relatifs au tourisme dans les Alpes : sur les 11 milliards d’euros par an dépensés par les touristes en montagne, 44% le sont hors stations [1], alors que 90% des investissements publics et privés en montagne sont dédiés aux stations de ski.
Ainsi, Mountain Wilderness continue à travailler sur le sujet, son action et son expertise dans ce secteur afin de défendre ses valeurs relatives au tourisme en transition dans les Alpes.

ALLER PLUS LOIN

- Tourisme : les deux faces de la médaille
- Point de vue : Le dilemme du tourisme
- La montée en puissance des mobilisations locales
- Une montagne d’initiatives pour l’avenir

[1Atout France, 2016

Diffuser cet article :


Partager