Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Le Mont-Blanc au Patrimoine mondial de l’humanité ?

31 janv. 2018

JPEG - 170.9 ko

Cela fait des décennies que l’on parle d’une inscription du massif du Mont-Blanc sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Lancée par les associations, l’idée a mis du temps à mûrir ; quand les états concernés étaient intéressés par la démarche —en 2000, la France inscrivait le massif sur sa liste indicative, inventaire des biens à inscrire in fine sur la liste du patrimoine mondial ; en 2008, c’était le tour de l’Italie―, les acteurs du territoires rechignaient, et inversement.

De l’eau a désormais coulée sous les ponts, les mentalités évoluent, l’environnement est devenu un sujet d’intérêt majeur —nationalement, les débats autour du Grenelle de l’environnement et de la COP 21 ont touché les esprits. Localement, la pollution de l’air est un problème de santé publique―, les temps sont désormais venus de marquer l’essai. Le conseil municipal de Chamonix a relancé l’action en janvier 2017 en adoptant à l’unanimité une motion demandant l’engagement de la procédure d’inscription du massif du Mont Blanc sur la liste du patrimoine naturel et culturel de l’UNESCO. Le 24 octobre dernier, la Conférence Transfrontalière Mont-Blanc (CTMB) —composée des collectivités territoriales des Savoie, de la Région Autonome de la Vallée d’Aoste et du Canton du Valais―, ainsi que des élus et représentants des trois états se sont réunis à Chamonix pour signer une déclaration d’intention les engageant sur le chemin de l’inscription du massif au patrimoine mondial et culturel de l’UNESCO.

Un chemin long, mais enthousiasmant et fédérateur, s’ouvre devant tous les acteurs du massif pour aboutir à cette reconnaissance des caractères naturel et culturel exceptionnels du Mont-Blanc.
Un comité de pilotage et des groupes de travail thématiques vont être très bientôt mis en place pour porter cette candidature. De nombreuses étapes sont programmées pour 2018, impliquant ces instances de la CTMB, des experts en sciences naturelles et culturelles mais aussi les habitants, les associations et les acteurs économiques incontournables de ce territoire tri-national.

En juin 2018, se tiendra à Chamonix le congrès « Substainable summits conference », consacré à l’avenir des hautes montagnes du monde. Une soirée de ces rencontres, intitulée « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif » sera l’occasion de faire le point sur les enjeux et les modalités de cette inscription.

- En attendant, nous vous invitons à lire cette analyse d’Eric Lasserre, notre délégué chamoniard : PDF - 518.8 ko Le massif du Mont-Blanc au patrimoine mondial de l’UNESCO ? Qu’en pensent les Chamoniards ?

Diffuser cet article :


Partager