Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Des motos trial à l’assaut des Alpes du Sud

30 sept. 2013

Du 24 au 28 août 2013, un rassemblement de motos de trial réunissant 260 concurrents a été organisé sur une grande partie des espaces naturels de six communes des Alpes du Sud. Cette manifestation, "Les 5 jours Blanche-Serre Ponçon", organisée par le Moto Club Boade et l’Union Sportive de la Blanche avec le soutien des collectivités locales, est la première édition de ce type qui s’est tenue dans la vallée avec pour point central de la logistique et du regroupement, la commune de Seyne-les-Alpes.

JPEG - 156.2 koPlus de 110 zones de compétition réservées aux trialistes avaient été délimitées et balisées en terrain naturel, souvent dans des zones escarpées et sur des substrats fragiles (marnes et schistes, rious). Au-delà de ces sites bien définis, les pilotes ont été incités à découvrir les milieux et paysages sur des itinéraires, certes identifiés, mais empruntant, sur de très grands linéaires, des pistes forestières et pastorales ainsi que certains tronçons de sentiers. Ces voies font la plupart du temps l’objet d’un balisage spécifique « Chemins de Grande randonnée » (GR) ou relèvent du Plan départemental de Randonnée pédestre. Certaines sont aussi des itinéraires balisés pour le VTT ou la randonnée équestre. La pratique des sports mécaniques sur ces itinéraires ne peut que s’avérer incompatible avec les activités de découverte de la faune et de la flore et la recherche par les touristes-usagers d’un air non pollué et de toute la quiétude nécessaire aux observations et au ressourcement. Cette pratique risque surtout de montrer le « mauvais exemple » et d’attirer par la suite de nombreux pratiquants sur ces sites.

De tels rassemblements visant à promouvoir et encourager ces activités motorisées en espace naturel sont totalement contraires à l’esprit et à la lettre de la loi, et à la motion votée par les responsables locaux et repris intégralement dans le Schéma de massif des Alpes (en savoir plus). Cette motion reconnaît en effet que la qualité des paysages et de l’environnement contribue à la notoriété du massif alpin, que ces espaces naturels sont un élément important des choix de destination touristique et que, par conséquent, le développement des loisirs motorisés, la tenue de manifestations autour de ces véhicules, sont contradictoires avec les efforts engagés pour valoriser ces atouts. En outre, les apports à l’économie locale, souvent avancés dans les argumentaires des promoteurs de ces manifestations, s’avèrent très ponctuels et limités à certains commerçants. De même, le maintien des services en montagne doit relever d’une autre politique plus globale mais aussi de la volonté des résidents d’y contribuer pour leur part, tout au long de l’année.

À partir de ces considérations et de ces engagements, sans mésestimer les consignes et moyens d’encadrement développés par les organisateurs, Mountain Wilderness sera particulièrement attentive à faire relever les impacts notoires et les débordements qui se seraient produits. Si la volonté de renouveler une manifestation similaire dans l’avenir se faisait jour, MW, qui dispose d’une bonne connaissance des milieux montagnards et d’une forte expérience dans leur protection, demandera à être associée étroitement à l’instruction des demandes d’autorisation. Nous serons particulièrement attentifs au choix des sites comme des parcours de liaison et au respect de la réglementation environnementale. La jurisprudence que nous avons contribué à établir sur les loisirs motorisés indique en effet que les aspects sportifs et sécurité ne sont pas les seuls à devoir être pris en compte.

Diffuser cet article :


Partager