Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Mountain Wilderness au WILD 10

25 oct. 2013

JPEG - 86.9 koDu 4 au 10 octobre s’est tenu le 10e congrès mondial sur la Wilderness "WILD 10", à Salamanca, en Espagne. Mountain Wilderness Internationale était là pour porter la voix de la wilderness de montagne. A cette occasion, notre mouvement a rédigé une déclaration dont vous trouverez la traduction [1] ci-dessous.

"De nos jours, les menaces sur les espaces sauvages en Europe occidentale ne sont pas tant les expansions urbaines et industrielles, qui restent d’étendues limitées en comparaison d’autres endroits de la planète, ni même l’absence de prise de conscience de préserver ces espaces, comme en témoigne l’accroissement du nombre de Parcs Naturels nationaux.
Les menaces réelles viennent beaucoup plus de la commercialisation et du caractère utilitaire de la notion de protection de la nature.
De fait, beaucoup d’espaces sont l’objet de protection uniquement en raison des bénéfices issus du tourisme, les transformant en parcs à thèmes à l’instar de parcs d’attraction.
Ainsi nous voyons des routes, des lieux de villégiatures et toutes sortes d’infrastructures construits en vue de l’accès de masse au nouveau supermarché que représente la nature.
Les paysages, les espaces sauvages, ainsi que la nourriture locale, l’aventure, le risque, la vie saine sont vendus en un seul et unique article ; c’est l’espace sauvage "prêt-à-porter".
Nous devons modifier cette approche et essayer de protéger le milieu naturel de toute intervention à caractère d’exploitation de ces ressources. Nous devons retourner à une nature intacte, exempte d’impact humain, maintenant ses valeurs environnementales, culturelles, esthétiques et climatiques.
Dans ce but, il est nécessaire de développer la prise de conscience et de faire comprendre à la population, spécialement aux jeunes générations, de l’impasse où mène cette vision consumériste, laquelle, au train des présents désordres, est vouée à une catastrophe globale.
Un rythme plus modéré de développement conduira à bénéficier d’une meilleure qualité de vie, sur la base de critères de longévité, de distribution raisonnable des ressources, y compris même jusqu’à un ralentissement modéré.
La réhabilitation des véritables espaces sauvages contribuera à l’amélioration de la qualité de vie et au maintien de la planète."

[1Merci à Claude Goussot pour son aimable traduction depuis la déclaration en anglais

Diffuser cet article :


Partager