Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

Une centrale photovoltaïque dans un espace protégé de montagne ?

1er oct. 2010

Les habitants de Lans-en-Vercors disent NON.
A l’automne 2009, la commune de Lans-en-Vercors (Isère) présentait un projet de création de centrale photovoltaïque dans un site naturel de moyenne montagne à proximité du Col de la Croix-Perrin, la forêt de Jay, qu’il aurait fallu déboiser sur une vingtaine d’hectares.

Mountain Wilderness et d’autres associations, ainsi que le parc naturel régional du Vercors avaient alors fait connaître leur opposition à un tel projet, argumentant que la nécessaire recherche de sources d’énergie renouvelables ne devait pas se faire au prix de la destruction d’espaces naturels classés et protégés.

Ces arguments de bon sens, repris aussi par les services de l’Etat, avaient abouti à un avis défavorable lors de l’enquête publique sur le projet. La société privée partenaire de la commune pour l’exploitation de l’hypothétique centrale décidait alors logiquement d’abandonner le projet.
La faisabilité pratique et administrative d’un tel aménagement semblant alors plus que compromise, la municipalité de Lans-en-Vercors a tout de même continué à défendre son idée de centrale. C’est pourquoi elle proposait à la population de se prononcer pour ou contre un projet non défini de « pôle énergies renouvelables incluant une centrale photovoltaïque » lors d’une consultation municipale organisée le 19 septembre dernier.
solaireA cette occasion Mountain Wilderness France a été invitée avec d’autres associations à présenter ses arguments lors d’une réunion d’information publique organisée par l’opposition municipale. Dans les urnes, deux tiers des votants ont finalement dit non au projet de centrale.
Si la municipalité souhaite agir pour le développement des énergies renouvelables, elle pourra s’inspirer des propositions alternatives nées du débat autour de son projet : installation de panneaux solaires sur les bâtiments publics ou en ombrières sur les parkings, développement d’une filière locale pour le bois énergie, de l’exploitation durable des forêts à la consommation locale.
Les centrales photovoltaïques, elles, doivent trouver leur place sur des sites stériles : ainsi dans une autre commune de moyenne montagne de l’Isère, à Susville, une centrale photovoltaïque s’installe sur les anciennes friches industrielles issues de l’abandon des mines de charbon.

Diffuser cet article :


Partager