Crédits photos

Cynorrhodon
© Gonzalo Ossa

A QUOI RESSEMBLERONT NOS STATIONS EN 2030 ?

22 janv. 2018
JPEG - 213 ko
Crédits photos
© Coralie Achin

C’est pour tenter d’apporter une réponse à cette question qu’ Isère Tourisme (Conseil départemental 38) a organisé en novembre 2017 une table ronde réunissant une cinquantaine d’acteurs de la montagne de tous horizons (industriels de l’équipement des stations, universitaires, offices de tourisme, associations, EDF etc.), ayant des points de vue très variés et parfois même diamétralement opposés.

La table ronde était animée par le bureau d’étude VISCONTI qui, en se basant sur la méthode de projection GANDALF qu’il a développé, a permis au terme d’une journée d’échange particulièrement stimulante d’obtenir des résultats spectaculaires. Au lieu d’incorporer dans une marmite l’ensemble des positions et des attentes des participant.e.s dans toute leur diversité et leur richesse au risque d’enchaîner plusieurs heures de débat stérile, chacun.e était invité à exprimer par des phrases très courtes sa vision de la station du futur en tant qu’individu, et non comme représentant d’un organisme. En retirant nos « étiquettes » nous avons brisé les verrous et vu plus large que la simple station, plus loin que 2030.

Il a été frappant de constater que pour l’ensemble des acteurs présents, la montagne du futur est la montagne défendue par Mountain Wilderness, où les liens entre la nature et l’Homme sont resserrés, et où l’émotion et la contemplation prennent le pas sur la consommation. Les idées dominantes sont celles du ressourcement, du bien-être, de l’expérience de la montagne, de l’accès à la nature, des pratiques innovantes. S’ajoutent également de nombreuses réflexions sur la décarbonation de nos activités et notamment la mobilité douce. Les voitures ont disparu des stations…

Enfin, la montagne de 2030 sera une montagne des quatre saisons, pluriactive, et permettra à ses habitants d’y vivre et d’y travailler toute l’année. L’autre fait marquant (et triste !) est de voir le décalage entre les attentes du futur, et les actions proposées aujourd’hui pour aboutir à cette approche vertueuse du tourisme de montagne. Il reste donc encore beaucoup de travail à accomplir pour trouver les clés de cette montagne partagée et respectée par tous. A ce propos, Chantal Carlioz, présidente d’Isère Tourisme, s’est engagée à poursuivre ces échanges à l’avenir.

Les résultats de ces réflexions seront publiés lors du salon de l’aménagement de la montagne Mountain Planet qui se tiendra du 18 au 20 avril 2018 à Grenoble.

Diffuser cet article :


Partager